Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2017 02:49

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 19 Nov 2013 13:41 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 15 Oct 2013 15:34
Messages: 1830
Localisation: Londres, Royaume-Uni
Y a-t-il des blogueurs dans la salle ?

Si oui, j'imagine qu'ils seront émus par ce qu'il est arrivé à J_P Chevallier qui a eu la vilaine idée d'analyser les chiffres que la Société Générale pour vérifier s'ils tenaient la route.
Vous vous doutez bien que ce n'était pas le cas.
Alors il l'a expliqué sur son blog.
Du coup les gens de la SG étaient furax et ont porté plainte.
Suivant les bonnes règles de la tradition du clientélisme français, l'AMF a condamné cet économiste (professeur bardé de diplômes qui sait de quoi il parle) à 10.000 Euros d'amende pour "diffusion de fausses informations".

On croit rêver.

Le Chevallier en question (qui porte bien son nom):
http://chevallier.biz/2013/11/l%E2%80%9 ... ment-10726

Les premières réactions, comme celle d'Olivier Crottaz (je vais m'abstenir de toute interprétation patronymique ici)
est de se retenir de continuer à publier sur son blog:
http://www.24hgold.com/francais/actuali ... er+Crottaz

Mais n'a-t-il pas compris que c'est justement ce que l'AMF recherche ?

Dans cette société de désinformation institutionnalisée, les blogueurs sont les seuls remparts du bon sens auxquels les citoyens qui désirent se poser les bonnes questions puissent se raccrocher ?
C'est le choc culturel du socialisme et du Crony-Capitalism (Capitalisme népotique).

Aux USA ils ont la NSA, en France on a l'AMF.

En tant que blogueur luttant contre la désinformation je ne peux pas rester sans réagir face à cette fronde contre la Liberté d'Expression et j'invite les autres blogueurs à s'insurger contre cette décision de l'AMF.

_________________
The-GOLDfisher.com
@The_GoldFisher
« Techniquement nous n’imprimons pas cette monnaie. » Ben Bernanke
« L’or est la seule monnaie qui n’est pas imprimable contrairement aux USD, EUR, JPY... » A. Greenspan


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 19 Nov 2013 13:43 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 16 Nov 2009 17:07
Messages: 3471
Localisation: Un coup à droite un coup à gauche.
Petit à petit on y arrive... :twisted:

_________________
"Dans notre république, les mauvais citoyens sont préférés aux bons, de même que la mauvaise monnaie circule, alors que la bonne se cache."

Les Grenouilles (vers 718), Aristophane


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 19 Nov 2013 13:46 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Mar 2010 22:57
Messages: 9419
voila :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 20 Nov 2013 10:14 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Avr 2013 17:19
Messages: 396
le retour de Charles Sanat dans sa chronique du jour :

S’exprimer sur Internet devient dangereux
Je vous laisse lire cet excellent billet de notre camarade Olivier Berruyer sur son site les-crises.fr.

En effet, un camarade blogueur a été sévèrement condamné par l’AMF pour avoir osé critiquer les bilans bancaires.

J’ai un très grand respect des institutions en général et de l’AMF en particulier (béni soit son nom patati-patata me-taxe-pas), mais effectivement cette décision de l’Autorité des Marchés Financiers est malheureuse et, à mon sens, très contre-productive.

En l’occurrence, à l’égard des blogueurs, mieux vaut agir dans la concertation et la pédagogie en expliquant à chacun pourquoi ils ne peuvent pas écrire telle ou telle chose, en les obligeant à publier un communiqué ou ce genre de chose beaucoup plus démocratique et qui finalement permet à tous de progresser (dans l’adhésion au système ?) plutôt que de sanctionner,à coup d’amendes de plusieurs milliers d’euros, des papiers et des articles auxquels vous faites qui plus est beaucoup de publicité.

Alors que l’AMF sache que, au Contrarien Matin, la Rédaction (c’est-à-dire moi-même) pense que les banques sont belles, que les banques sont solides, que les banques même qu’elles sont super gentilles et ne nous veulent que du bien et qu’il faudrait être un fou pour penser l’inverse, d’ailleurs si vous pensez l’inverse vous êtes un tireur fou, regardez, il a tiré sur la Société Générale… Alors oui, couchez vous, rendormez-vous, les banques veillent sur vous avec amour.

(N’oubliez pas, il faut que j’achète les cadeaux de mes gosses alors je suis obligé d’être plus discret dans mes critiques, hein, faut bien manger hein…)

Circulez, il n’y a plus rien à voir.

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez-bien !!

Charles SANNAT

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société un site de gardiennage.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com.

Lire l’article d’Oliver Berruyer ici



Question publicité, je dois dire qu'ils ont fait fort, si bcp de bloggueurs ne connaissaient pas Chevallier et ses analyses, c'est réparé ! ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 20 Nov 2013 10:33 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Avr 2013 17:19
Messages: 396
en avant pour l'appel !

18 NOVEMBRE 2013

L’AMF, la Générale et moi : émoi…
Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques : Banques françaises
Les dirigeants de nos Gos banques n’aiment pas les gens qui les dérangent dans leurs magouilles. Ils préfèrent les veaux. D’une certaine façon, ils ont raison et ils sont servis.

Les mécanos de la Générale ont déposé une plainte en 2011 auprès de l’AMF à la suite du plongeon de leur titre au cours de l’été.

L’AMF en est venue à me sanctionner pour avoir publié des analyses qui dénoncent les manipulations des règles prudentielles auxquelles ces banksters se livrent, en se basant sur des éléments qui ne correspondent pas à la réalité et sur des raisonnements qu’eux seuls peuvent oser soutenir.

Les gens de l’AMF ont manifestement outrepassé leurs prérogatives en vue d’intimider toute personne, en France et ailleurs dans le monde (!) qui ose contester les déclarations et publications frauduleuses des banksters.

Aux Etats-Unis, ce sont les banksters qui sont condamnés, et souvent à coups de milliards de dollars.

Je reviendrai dès que possible sur cette décision des gens de l’AMF.

Il est bien évident qu’il n’est pas question pour moi de l’accepter.
Je précise que je ferai appel auprès de l’AMF (un délai simple de 2 mois est prévu).
Par ailleurs, j’engagerai des procédures contre les accusations fallacieuses et diffamatoires de leur part à mon encontre.

Je remercie les personnes qui, comme moi, refusent la soumission à la nomenklatura.

N’ayant aucune confiance dans les institutions françaises, je ne publie pas cet article sur jpchevallier.com hébergé en France mais sur mon site Chevallier.biz hébergé chez nos amis les petits Suisses…

Mots-clés: AMF, banksters



a lire les commentaires
http://chevallier.biz/2013/11/l%E2%80%9 ... %E2%80%A6/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 20 Nov 2013 18:18 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Mar 2010 22:57
Messages: 9419
Citer:
20 novembre 2013 0
Banques, leverage et Greenspan pour les nuls (Gos banques et AMF)
Rédigé par jp-chevallier dans la rubrique Banques, France

Les banques sont des entreprises très particulières dont l’activité principale consiste à prêter de l’argent qu’elles ont (leurs capitaux propres) et de l’argent qu’elles n’ont pas mais qu’elles empruntent, ce qui constitue pour elles des dettes.

Une remarque s’impose : dans cette activité, il n’y a pas de création monétaire mais une circulation monétaire indispensable qui optimise la croissance du PIB et donc la richesse des nations.

Pendant des millénaires, les banquiers (privés) n’ont pas prêté beaucoup plus d’argent que le montant de la fortune qu’ils possédaient.

Au cours des décennies qui ont suivi la Seconde guerre mondiale, le système bancaire mondial a été globalement fiable, ce qui a conduit les Américains (en fait les gens de la Fed, par l’intermédiaire de ce bon vieux Greenspan dans le cadre de la BRI) à édicter en 1980 la règle prudentielle d’endettement suivante : le montant des capitaux propres des banques doit représenter au moins 8 % du total des dettes. C’est le ratio Core Tier 1.

Il est connu aussi sous son inverse, le leverage (le multiple d’endettement) qui s’énonce de la façon suivante : le total des dettes doit être inférieur à 12,5 fois le montant des capitaux propres.

Il s’agissait là d’une adaptation du gearing, le ratio d’endettement des entreprises non bancaires, bien connu en analyse financière, à savoir le rapport entre les dettes à long terme et les capitaux propres (exprimé en pourcentage) qui doit être compris entre 30 et 50 % pour que les entreprises soient gérées à l’optimum.

En effet, les entreprises (non bancaires) doivent avoir des dettes (à long terme), mais pas trop. Cette règle fixe les niveaux critiques d’une façon empirique mais fiable.

Après les grandes turbulences financières, prédites par lui-même, ce bon vieux Greenspan, a relevé ses exigences en préconisant un leverage au maximum de 10, donc un ratio Core Tier 1 de 10 % au minimum.

C’est simple, tout est simple. Trop simple pour les banksters dont les groupes de pression très influents, de connivence avec les gouvernements, ont réussi à imposer leurs propres règles : une usine à gaz qui leur permet de calculer eux-mêmes leurs propres ratios selon leurs propres méthodes, à savoir les actifs nets pondérés (Risk-Weighted Assets, RWA).

Ainsi par exemple, les banques peuvent acquérir des bons des Trésors, en particulier d’Etats de la zone euro, sans aucune limite car ils sont considérés comme étant des actifs sûrs, sans risques.
Ce qui s’est passé en Grèce, en Irlande et à Chypre a montré qu’il n’en était rien.

Cette méthode d’évaluation des risques par les banques elles-mêmes n’est donc pas fiable comme le montrent par ailleurs un grand nombre de déclarations, en particulier de la BRI.

Pour évaluer les risques des banques à leur juste valeur, les capitaux propres qui doivent être pris en considération ne doivent être que de véritables capitaux propres, c’est-à-dire ceux qui sont apportés par les actionnaires et surtout les bénéfices accumulés, à l’exclusion des intérêts minoritaires et des actions de préférence qui sont, en cas de grandes turbulences financières, généralement souscrites par l’Etat (dont les banques dépendent) qui joue alors un rôle passif dans la gestion de ces banques en attendant leur redressement.

Enfin, pour déterminer le montant des véritables capitaux propres qu’il faut prendre en considération, il faut encore y soustraire les écarts d’acquisition (goodwill) qui sont des pertes potentielles identifiables.

En 2002, ce bon vieux Greenspan avait réussi à imposer aux entreprises de comptabiliser ces écarts d’acquisition en totalité dès leur détection (au lieu de les amortir sur 20 ans comme c’était le cas précédemment), ce qui a permis de mettre fin aux causes qui ont conduit au développement de la bulle internet.

L’application de ces règles permet de déterminer ainsi le montant des véritables capitaux propres des banques, également connu sous l’expression d’actif net tangible.

Le reste du bilan n’est constitué par définition que de dettes (en anglais, le mot passif n’existe pas, il est désigné par Equity & liabilities, capitaux propres et dettes).

Une simple division permet alors de calculer le véritable leverage et une autre son inverse, le ratio généralement connu sous l’expression Core Tier 1.

C’est simple, tout est simple. Trop simple pour les banksters de nos Gos banques qui n’admettent pas que des gens puissent étudier et publier des articles sur ces problèmes bancaires fondamentaux qui ont une importance considérable depuis le temps des grandes turbulences financières : le Tigre celtique a été durement touché, les Grecs sont au plus mal, ainsi que les Chypriotes et la plupart des malheureux Euro-zonards qui souffrent durement d’une crise larvée avec un chômage important.

Les banksters connaissent très bien ces problèmes qui sont vitaux pour eux mais ils ne les abordent jamais sous cet angle, du moins publiquement, ou parfois, incidemment (par ceux qui ont quitté pour une raison ou une autre la direction d’une grande banque).
Ils savent que leur propre banque est dans une situation potentiellement critique et qu’il en est de même dans les autres grandes banques. Ils n’ont pas confiance entre eux.

Le marché interbancaire est donc bloqué et la BCE a été obligée de le remplacer en prêtant aux banques à des conditions très avantageuses jusqu’à 1 261 milliards d’euros fin juin 2012 (722 milliards au dernier bilan), la Banque de France en faisant de même plus ou moins discrètement par l’intermédiaire des Titres de Créances Négociables (TCN) qui ont atteint un pic de 615 milliards d’euros en janvier 2009 (427 milliards au 15 novembre dernier) !

Le total des dettes de nos 4 Gos banques est de 6 581 milliards d’euros, soit plus de 3 fois le PIB annuel de la France alors que le total des dettes des 8 plus grandes banques américaines est de 9 586 milliards de dollars soit 56 % du PIB des Etats-Unis (chiffres du 3° trimestre 2013) !

La situation des Gos banques françaises est dramatique, en par conséquent celle des Français qui en seront les premières victimes.
Toute personne sensée devrait étudier ces problèmes bancaires comme je le fais.

Problème : les gens de l’AMF se sont arrogé le droit d’interdire à toute personne, en France et même dans le monde, de réfléchir sur la situation réelle des banques en général et des banques françaises en particulier, d’en tirer des conclusions et de les publier alors que les mécanos de la Générale publient sciemment des bilans qui ne donnent pas une image fidèle de la réalité pour tromper les investisseurs, leurs clients, les marchés et le public en général, en toute impunité.

C’est grave.


http://chevallier.biz/2013/11/banques-l ... es-et-amf/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 20 Nov 2013 18:27 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Mar 2010 22:57
Messages: 9419
merveilleux, y'a pas que Geithner qui passe du Trésor à la banque ou au Hedge fund ....

on a les MEMES :


http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... tor=EPR-2-[Banque++Industrie+financiere]-20131120


Citer:
Un banquier au Trésor : nouvel exemple d’une pratique répandue

La nomination attendue d'un grand banquier à la tête de la Direction de Trésor n'est qu'un exemple de plus des liens étroits entre ces deux mondes

Mathias Thépot | 20/11/2013, 11:51 - 747 mots

Considéré comme le numéro deux de BNP Paribas, François Villeroy de Galhau est annoncé à la direction du Trésor par Le Monde et Le Canard Enchainé. Un nouvel exemple des liens étroits entre les banques et l’administration.
sur le même sujet

Xavier Musca rebondit au Crédit Agricole
Frédéric Oudéa: "C'est difficile d'être banquier aujourd'hui"
Crédit Agricole : Xavier Musca en première ligne sur le dossier grec
En 2006, Michel Pébereau (BNP Paribas) savait déjà pour la crise des subprimes

Pour mener à bien la réforme fiscale annoncée par Jean-Marc Ayrault, le directeur général de BNP Paribas François Villeroy de Galhau va être nommé directeur du Trésor à la place de Ramon Fernandez, selon Le Monde, qui confirme ainsi des informations avancées par le Canard Enchainé.

Un nouvel exemple d'une spécificité bien française où banques, administration et cabinets politiques ont toujours fait bon ménage. Souvent énarques et/ou inspecteurs des finances, ils sont nombreux à effectuer la navette entre ces trois mondes étroitement liées.
Ci-dessous les derniers transferts les plus marquants :

François Villeroy de Galhau, BNP Paribas
Si l'information du Monde et du Canard Enchainé se confirme, le numéro deux de BNP Paribas reviendra en quelque sorte à ses premiers amours : entre 1993 et 1996, il avait en effet exercé diverses responsabilités à la direction du Trésor (1993-96), avant de prendre la direction du cabinet du ministre de l'Economie Dominique Strauss-Kahn entre 1997 et 1999, et de Christian Sautter, qui avait pris sa suite à Bercy.
En 2003, Il rentre dans la banque BNP Paribas en devenant PDG de Cetelem avant de gravir les échelons jusqu'à la direction générale du groupe.

Xavier Musca, Crédit Agricole
Directeur du Trésor à partir de 2004, cet inspecteur des finances quitte son poste début 2009 pour rejoindre Nicolas Sarkozy et devenir secrétaire général adjoint de la présidence de la République française, en charge des Affaires économiques. Le 27 février 2011, il devient ensuite secrétaire général de l'Elysée, en remplacement de Claude Guéant.
Après les élections présidentielles de 2012, il entre au Crédit Agricole et en devient le directeur général délégué, en charge de la Banque de proximité à l'International, de la Gestion d'actifs et des Assurances.

Gilles Briatta, Société Générale
Peu connu du grand public, Gilles Briatta est secrétaire général adjoint à la Société Générale, pour laquelle il joue un rôle de lobbyiste très actif. Avant d'arriver dans la banque, en novembre 2011, cet ancien conseiller technique de Michel Barnier était le conseiller Europe de François Fillon à Matignon.

Marguerite Bérard-Andrieu, BPCE
Ancienne élève de l'ENA et inspectrice des finances, Marguerite Bérard-Andrieu a été de 2007 à 2010, conseiller technique puis conseiller à la présidence de la République, chargée des questions d'emploi et de protection sociale. Elle dirige ensuite, de novembre 2010 à mai 2012, le cabinet du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand. Elle est désormais membre du comité de direction générale de la banque BPCE (Banques-Populaires Caisses d'Epargne).

Nicolas Namias, Matignon.
Nommé conseiller technique auprès de Jean-Marc Ayrault au Financement de l'économie, entreprises et affaires économiques internationales, cet ancien énarque occupait auparavant des fonctions de direction au sein du groupe bancaire BPCE. Il est également passé à la direction générale du Trésor.

Emmanuel Macron, Elysée.
Rocardien et proche de François Hollande depuis plusieurs années, cet énarque de 35 ans était lors de la campagne présidentielle encore banquier chez Rothschild. Il est aujourd'hui le "Monsieur Economie" du président de la République en qualité de secrétaire général adjoint de l'Élysée.

François Pérol, BPCE
Patron depuis 2009 du groupe bancaire BPCE, qui possède la banque d'investissement Natixis, François Pérol fut, comme Emmanuel Macron, secrétaire générale adjoint de l'Elysée -mais sous Nicolas Sarkozy- et membre de la banque Rothschild & Cie. Au début des années 2000, il a également été sous-directeur du financement et développement des entreprises à la direction du Trésor.

Ariane Obolensky, Fédération bancaire française
L'influente directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) depuis octobre 2003 était au début des années 1990 à la direction du Trésor, notamment en tant que chef du service des affaires internationales. Elle est également une ancienne élève de l'ENA.

Frédéric Oudéa, Société Générale
Énarque, polytechnicien et inspecteur des finances, le patron de la Société Générale Frédéric Oudéa se sera lui contenté d'un bref passage en 1993 au cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget et de la Communication, chargé notamment des questions sociales. Ce, avant de rentrer en 1995 dans le groupe bancaire et d'en prendre la direction 14 ans plus tard en lieu et place de Daniel Bouton.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 20 Nov 2013 23:24 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 02 Avr 2013 17:19
Messages: 396
silvermath a écrit:
merveilleux, y'a pas que Geithner qui passe du Trésor à la banque ou au Hedge fund ....

on a les MEMES :


http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... tor=EPR-2-[Banque++Industrie+financiere]-20131120


Citer:
Un banquier au Trésor : nouvel exemple d’une pratique répandue

La nomination attendue d'un grand banquier à la tête de la Direction de Trésor n'est qu'un exemple de plus des liens étroits entre ces deux mondes

Mathias Thépot | 20/11/2013, 11:51 - 747 mots


Un nouvel exemple d'une spécificité bien française où banques, administration et cabinets politiques ont toujours fait bon ménage. Souvent énarques et/ou inspecteurs des finances, ils sont nombreux à effectuer la navette entre ces trois mondes étroitement liées.


C'est un énarque... l"énarchie" et les banques françaises...

Au final, on ne peut qu’être étonné du naufrage total de la réforme bancaire française, après la pire crise financière depuis près d’un siècle – et ce malgré les voix de plus en plus nombreuses, de tous bords, qui en appellent à une réforme simple et radicale pour sécuriser notre système bancaire : la scission.

On l’est finalement moins quand on prend conscience de la porosité entre la Haute Administration du ministère des Finances et les Directions des grandes banques françaises.

De façon surprenante, l’ENA semble être devenue l’école dédiée aux futurs dirigeants bancaires… Petit tour d’horizon vu à fin 2012 :


http://www.les-crises.fr/enarchie-bancaire/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'AMF s'attaque aux bloggeurs
MessagePublié: 05 Avr 2016 13:24 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 26 Mar 2010 22:57
Messages: 9419
http://www.lepoint.fr/economie/panama-p ... tor=CS1-32
Citer:
Panama Papers : la Société générale éclaboussée
En mépris des engagements qu'elle affichait, la banque française a été l'une des meilleures clientes du cabinet Mossack Fonseca, au Panama.
Par Le Point.fr
Publié le 05/04/2016 à 12:18 | Le Point.fr
La Société générale figure dans le top 5 des bourses ayant recouru aux services du cabinet panaméen Mossack Fonseca.
La Société générale figure dans le top 5 des bourses ayant recouru aux services du cabinet panaméen Mossack Fonseca. © AFP PHOTO/ LOIC VENANCE
Abonnez-vous à partir de 1€

Elle assurait conduire « une politique rigoureuse et sélective » vis-à-vis des paradis fiscaux. « Cette démarche (avait) abouti à la fermeture de toutes nos implantations dans les pays et territoires jugés non coopératifs par la France et les institutions internationales. » Les révélations du Monde mettent à mal l'affirmation de la Société générale qui prétendait n'avoir « aucune implantation dans les paradis fiscaux ». Un engagement qui figurait encore ce matin sur son site internet !

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Sur le site Internet de la banque, l'engagement de l'établissement est pourtant clair... © DR

La Société générale figure en effet comme l'un des principaux clients de Mossack Fonseca. Les Panama Papers placent même l'établissement dans le top 5 des banques qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par son entremise, depuis la création de Mossack Fonseca en 1977 jusqu'en 2015. Près de mille !

Le Monde affirme ainsi que « deux tiers de ces entités offshore ont été créées par la filiale de la banque au Luxembourg, la SG Bank & Trust Luxembourg, qui a choisi d'en domicilier une bonne partie dans les paradis fiscaux des Seychelles et des îles Vierges britanniques. Le tiers restant a été commandé par la SG Private Banking de Genève, qui les a enregistrées au Panama, et par sa filiale des Bahamas, la SG Hambros Bank & Trust. Ces sociétés offshore ont été créées pour le compte de clients fortunés de la banque ».


Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats