Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 02 Déc 2020 04:38

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Gros warning sur les banques zone Euro
MessagePublié: 24 Avr 2020 14:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Oct 2008 17:48
Messages: 3250
C'est vilain vilain vilain!
Je ne sais pas ce qui va se passer, je vous conseille de vous alléger au maximum et de garder le minimum en banque (oublier les 100k€, y'a pas sous, un peu plus de 3 milliards c'est que dalle).
J'ai déjà dit que tous les papiers brûleront, là on voit la fumée.
Charts de banques zone Euro en trimestre.
Pièce jointe:
EBANK.jpg
EBANK.jpg [ 106.23 Kio | Consulté 2176 fois ]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gros warning sur les banques zone Euro
MessagePublié: 25 Avr 2020 08:21 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 15:17
Messages: 6281
Localisation: Portugal
Cela date du mois dernier mais très intéressant :

Citer:
Les actions des banques européennes s'effondrent aux niveaux de mars 2009 et 1988
10 mars 2020 - par Nick Corbishley

Jusqu'où peuvent-elles descendre ? À zéro et les taux d'intérêt négatifs de la BCE les en rapprochent.

Au cours des trois dernières semaines, les actions en Europe ont plongé de 22,5%, leur pire baisse depuis l'effondrement de Lehman Brothers. La vente a été généralisée, mais le pire a été réservé au secteur bancaire, dont les actions ont été sans cesse écrasées et réécrites depuis 13 ans.

Lundi, l'indice Stoxx 600 Banks, qui couvre les principales banques européennes, a plongé de 13%. Aujourd'hui, après un rebond brusque qui s'est ensuite effondré, l'indice a clôturé essentiellement à plat, là où il était en mars 2009. Il s'est effondré en ligne presque droite de 32% depuis le 17 février, lorsque ce dernier coronavirus a déclenché les ventes ont commencé et de 49% depuis le 24 janvier 2018 :

Pièce jointe:
img1.png
img1.png [ 26.27 Kio | Consulté 1933 fois ]

Mais c'est encore pire : l'indice Stoxx 600 bank s'est effondré de 82% depuis son pic de mai 2007, après avoir quadruplé au cours des 12 années précédentes. C'était la hauteur frénétique de la bulle euro et le ciel était censé être la limite pour les plus grandes banques européennes. Les choses sont devenues si folles que pendant un bref instant en 2008, avant que tout ne s'écroule, la Royal Bank of Scotland, maintenant renflouée et détenue majoritairement par l'État, a été la plus grande banque d'actifs au monde.

Voici jusqu'où les actions des plus grandes banques européennes cotées en bourse par actifs ont chuté lundi (et entre parenthèses : à la clôture d'aujourd'hui, depuis le 17 février) :
• HSBC (Royaume-Uni): -4,82% (-17%)
• BNP Paribas (France): -12% (-33%)
• Crédit agricole (France): -16,9% (-42%)
• Deutsche Bank (Allemagne): -13,6% (-38%)
• Banco Santander (Espagne): -12% (-30%)
• Barclays (Royaume-Uni): -9,81% (-32%)
• Société Générale (France): -17,65% (-41%)
• Lloyds Bank (UK): -8% (-24%)
• ING (Pays-Bas): -14% (-37%)

Aujourd'hui, les banques d'Europe du Nord ont rebondi un peu par rapport aux creux d'hier. Mais les banques italiennes et espagnoles, ayant commencé la journée dans le vert, ont clôturé avec de grosses baisses :
• Unicredit (Italie): -3,6% (-10% par rapport au plus haut intrajournalier)
• Intesa (Italie): -2,5%
• Banca Monte dei Paschi di Siena (Italie): -6,3%
• Banco Sabadell (Espagne): -7,1%
• Santander (Espagne): -1%

Les actions de Banco Sabadell se sont effondrées à un niveau record de 0,55 €, en baisse de 50% jusqu'à présent cette année. Beaucoup dans l'industrie disent maintenant qu'il s'agit d'un toast et qu'il sera probablement fusionné avec Bankia, qui a lui-même perdu plus de 40% de sa capitalisation boursière jusqu'à présent cette année, et qui est toujours majoritairement détenue par l'État, qui avait créé Bankia par fusion. un groupe de banques en faillite en un seul gros morceau pendant la crise financière espagnole, puis a fait flotter certaines de ses actions dans une introduction en bourse mal fondée.

Trois des plus grosses ventes des trois dernières semaines ont été enregistrées par les trois plus grands prêteurs français : BNP Paribas (-33%), Credit Agricole (-42%) et Société Générale (-41%).

Ces baisses des cours des actions, bien qu'impressionnantes à la fois pour leur vitesse et leur taille, ne représentent qu'une étape de plus dans la vente incessante qui a débuté en mai 2007 et a entraîné la baisse du Stoxx 600 de 82%, juste en dessous de son niveau de janvier 1988.

La BCE est principalement soucieuse de garder la zone euro collée ensemble. Contrairement à la Fed, dont les 12 banques régionales de réserve fédérale appartiennent aux banques et les valeurs bancaires sont extrêmement importantes pour la Fed, la BCE ne se soucie pas des valeurs bancaires, tant que les banques elles-mêmes ne s'effondrent pas. Il a donc jeté à peu près tout ce qu'il a au problème de maintenir la colle de la zone euro, y compris 4,7 billions d'euros (5,2 billions de dollars) d'argent nouvellement évoqué, mais avec des conséquences largement indésirables pour les banques et leurs actions :

Pièce jointe:
img2.png
img2.png [ 19.96 Kio | Consulté 1934 fois ]

Voici la chronologie pratique et en constante expansion de WOLF STREET de certains des événements qui ont contribué à anéantir les actions des banques européennes :
1. Mi-2007, la bulle bancaire de l'euro commence à imploser.
2. En 2008, la crise financière frappe, allumant l'étincelle à l'effondrement du marché du logement en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Grèce, et al.
3. En 2009, la crise de la dette souveraine en euro et la crise bancaire du sud de l'Europe commencent.
4. En juin 2014, la politique d'intérêt négatif (NIRP) de la BCE, conçue pour résoudre ces problèmes, commence à décimer les marges d'intérêts des banques tout en éliminant les épargnants.
5. En 2015, la crise bancaire italienne refait surface avec l'effondrement au ralenti de Monte dei Paschi, Veneto Banca et Banca Popolare di Vicenza, et leur renflouement / rachat ultérieur un an plus tard.
6. En juin 2016, une majorité d'électeurs britanniques cochent la case Brexit, ce qui fait plonger l'indice Stoxx 600 Bank de 21% en deux jours , le pire plongeon de deux jours jamais enregistré.
7. Mi-2017, le prêteur espagnol de taille moyenne Banco Popular s'effondre sous le poids de son énorme bilan infesté de créances douteuses et est repris par Banco Santander.
8. Début 2018, la Deutsche Bank et d'autres banques reprennent leur spirale descendante.
9. À la fin de 2018, même la BCE commence à reconnaître le préjudice que les taux d'intérêt négatifs font à la capacité des banques à dégager des bénéfices et les risques que cela représente pour la stabilité financière, en encourageant les banques à s'engager dans une plus grande prise de risques et des prêts moins productifs.
10. Fin février 2020, COVID-19 bouleverse l'économie mondiale et les risques s'accumulent dans l'un des maillons les plus faibles de la zone euro, les banques, et notamment le système bancaire italien.

Déjà à la maison à l'une des plus fortes concentrations de créances douteuses bancaires en Europe, l'Italie peut difficilement se permettre la fermeture actuelle de son économie qui pourrait conduire à une nouvelle flambée des prêts non performants. Le pays est déjà soit au bord de la récession, soit en plein milieu. Le lobby bancaire italien, ABI, a appelé à une garantie de l'État et à un moratoire de 6 à 12 mois sur les nouvelles réglementations européennes plus strictes sur les prêts à problèmes. Cela offrirait aux petites entreprises touchées par la crise des virus la possibilité de geler les remboursements ou d'allonger la maturité des prêts.

Le gouvernement a également proposé d'adopter une loi d'urgence qui suspendrait les remboursements hypothécaires des clients des banques pendant la durée de la fermeture. Une autre possibilité est que le gouvernement, s'il reçoit le feu vert de l'UE, paie les intérêts au nom de ses citoyens.

De telles mesures pourraient s'avérer une bouée de sauvetage pour les entreprises et les ménages en difficulté. Mais ils coûteront également beaucoup d'argent, et c'est une chose en pénurie pour le gouvernement italien, dont l'endettement public total équivaut désormais à près de 140% du PIB. Il y a à peine deux semaines, alors que COVID-19 prenait pied dans le pays, la Commission européenne a mis en garde contre les risques « élevés » auxquels l'Italie est confrontée en tentant de refinancer sa montagne de dettes. "La nécessité de renouveler des montants de dette considérables, à environ 20% du PIB par an, expose toujours les finances publiques italiennes à une augmentation soudaine de l'aversion au risque des marchés financiers", a déclaré la commission .

Les rendements obligataires italiens commencent déjà à augmenter, bien qu’à un niveau absurdement bas. L'écart entre l'obligation à dix ans du pays et celle de l'Allemagne a explosé à plus de 200 points de base pour la première fois depuis août. C'est une mauvaise nouvelle non seulement pour le gouvernement italien, mais aussi pour les banques fragiles en Italie et au-delà qui ont acheté d'énormes morceaux de sa dette sans risque ostensiblement. Si les rendements de cette dette commencent soudainement à augmenter à mesure que les prix des obligations chutent, cela pourrait éroder considérablement les réserves de capital des prêteurs. Et c'est là que les investisseurs commencent à s'inquiéter, ce qui les pousse à intensifier leur vente d'actions bancaires.

Pour tenter d'empêcher cela, la BCE pourrait être tentée de prendre des taux de dépôt, déjà à -0,5%, encore plus bas. Mais bien que cela puisse fournir aux gouvernements aux prises avec des difficultés budgétaires un peu plus de répit pour soutenir leurs économies en panne, cela exercera également une pression supplémentaire sur les banques, détruisant efficacement leur modèle économique de base, car les PDG des banques se plaignent bruyamment. Pour atténuer ce problème, la BCE peut trouver une autre solution magique, comme acheter les obligations des banques, mais comme pour le NIRP et le QE-forever, le remède sera probablement pire que la maladie.

« Si la situation de panique généralisée continue, des milliers d'entreprises, en particulier les petites, vont d'abord entrer dans une crise de liquidité, puis fermer leurs portes ». Le tourisme représente 10% du PIB en France, 13% en Italie, 15% en Espagne. Et maintenant c'est en chute libre

Source

_________________
« Si la connaissance crée parfois des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui permet de les résoudre. » (Isaac Asimov)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gros warning sur les banques zone Euro
MessagePublié: 25 Avr 2020 10:34 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Oct 2008 17:48
Messages: 3250
Tout le monde parle de l'Italie, mais l'éléphant dans la zone, c'est la France.

Banques surexposées
Déficit primaire de l'état
Dette bien sup à 100%
Balance commercial négative.
Taux de prélèvement +++

Mon avis, ce qui nous attend, la Grèce en pire.

Le seul remède en préventif, du jaune.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gros warning sur les banques zone Euro
MessagePublié: 25 Avr 2020 12:24 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 15:17
Messages: 6281
Localisation: Portugal
La plus grande banque française a perdu 219 millions de dollars sur les transactions sur instruments dérivés en raison de l'effondrement du marché
Jeu., 09/04/2020

BNP Paribas SA, la plus grande banque française, a perdu des centaines de millions de dollars sur des transactions boursières complexes suite à l'effondrement des marchés en mars, rapporte Bloomberg. Les traders de la banque basée à Paris, qui, avec SocGen, ont depuis longtemps créé une niche dans les métiers dérivés sophistiqués qui fonctionnaient très bien tant que le marché ne lévitait pas - ont perdu environ 200 millions € (219 millions de dollars) sur les dérivés actions une fois que le marché a chuté… Selon Bloomberg, les transactions qui ont mal tourné comprenaient des contrats à terme sur dividendes et des produits structurés.

BNP a perdu environ 100 millions d'euros sur les produits structurés, apparemment en prenant l'autre côté des transactions qu'ils ont vendues aux investisseurs de détail à travers le Japon et la Corée du Sud ; les transactions étaient liées à des paniers d'actions et d'autres actifs. La banque a également perdu environ 100 millions d'euros sur les contrats à terme sur dividendes, les pertes augmentant à un moment donné à environ 300 millions d'euros avant de s'améliorer.

Les contrats à terme sur dividendes sont des dérivés que les investisseurs utilisent pour spéculer sur les versements que les entreprises versent aux actionnaires. Ils ont chuté à des niveaux historiquement bas ces dernières semaines alors que certaines des plus grandes sociétés mondiales déchirent leurs récompenses en réponse au coronavirus et, dans certaines industries, à la pression des régulateurs.

Selon une note de JPM, BNP et son rival SocGen de Crosstown sont parmi les plus grands arrangeurs de contrats à terme sur dividendes. Les banques de ce secteur ont souvent des « dividendes structurellement longs », a écrit l'analyste de JPM Kian Abouhossein, ce qui signifie qu'elles pariaient sur une augmentation des versements et « étaient exposées à une baisse des attentes de dividendes ». Hélas, c'est précisément ce qui s'est passé.

Cela dit, on ne sait pas dans quelle mesure les pertes vont peser sur les résultats globaux de BNP Paribas au premier trimestre. Les banques prenant un coup sur les contrats à terme sur dividendes pourraient probablement les compenser par des gains ailleurs, a écrit Abouhossein. Il estime que le chiffre d'affaires global actions de BNP Paribas pourrait grimper de 13% sur un an à 550 millions d'euros.

Alors que la banque française a perdu dans le chaos, les banques américaines ont été gagnantes : JPMorgan et Citigroup ont réalisé des centaines de millions de revenus de dérivés sur actions, comme indiqué précédemment.

Source

_________________
« Si la connaissance crée parfois des problèmes, ce n'est pas l'ignorance qui permet de les résoudre. » (Isaac Asimov)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 43 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats