Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 19 Juin 2018 10:40

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 05 Sep 2017 20:38 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
mook a écrit:
Jacques Sapir: « Le FMI tire un bilan extrêmement négatif de l’évolution de l’euro mais aussi de son existence même »
http://www.businessbourse.com/2017/09/0 ... ence-meme/


Sapir est vraiment naif sur ce coup, le FMI: c'est le système Dollar.

Non, le FMI prône les DTS


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 31 Oct 2017 21:01 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
« L’euro est atteint d’un cancer en stade terminal » (M. Friedrich)
https://olivierdemeulenaere.wordpress.c ... inflation/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 31 Oct 2017 22:06 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 07 Juil 2010 18:38
Messages: 3113
LaDoub a écrit:
« L’euro est atteint d’un cancer en stade terminal » (M. Friedrich)
https://olivierdemeulenaere.wordpress.c ... inflation/
"Il propose de réagir de façon radicale et sans tarder par notamment un abandon contrôlé de l’euro, l’annulation des dettes des pays du sud et l’introduction de monnaies nationales souveraines."

Mais comme il s'agit d'un problème politique, il sera traité, non comme un problème technique, mais comme un problème politique : belles promesses, poussière sous le tapis, fuite en avant, jeu de "tenons-nous par la barbichette, le premier qui....", je-ne-veux-pas-être-identifié-comme-le-responsable, ............PROCRASTINATION quand tu nous tiens :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 04 Déc 2017 18:31 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
LES GAGNANTS ET PERDANTS DE L’EXPÉRIENCE DE L’EURO, L’EURO EST UN ÉCHEC
https://brunobertez.com/2017/12/04/les- ... est-echec/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 04 Déc 2017 22:54 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
La machine déflationniste infernale de la zone euro
http://www.xerficanal-economie.com/mobi ... 45256.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 17 Fév 2018 13:05 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
La preuve par les chiffres


Pièces jointes:
DWGu-mWXkAEoUBW.jpg large.jpg
DWGu-mWXkAEoUBW.jpg large.jpg [ 101.31 Kio | Consulté 900 fois ]
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 17 Fév 2018 15:05 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 15:17
Messages: 5677
Localisation: Portugal
L’Italie va-t-elle sombrer, en emportant la France et la zone euro ?
16/02/2018

Remontée des taux d’intérêt, dette publique massive, créances douteuses pléthoriques, risque d’Itaxit, interrogations sur le potentiel de croissance à long terme… Malgré l’embellie conjoncturelle actuelle, l’Italie reste un danger majeur pour la zone euro et la France !

L’économie italienne se porte mieux, sur fond d’embellie conjoncturelle mondiale. “Le pays revient de loin, alors qu’il a connu une crise majeure en 2011-2012. Il vit actuellement un fort redémarrage de la croissance, notamment sur le front de l’industrie. L’indice PMI des directeurs d’achats, très corrélé à l’activité économique, a atteint 59, un niveau très élevé. Reste que si la croissance accélère depuis quelques mois, elle est restée en queue de peloton de la zone euro en 2017”, rapporte Eric Bourguignon, directeur des gestions obligataires chez Swiss Life Asset Managers.

Il faut dire qu’au-delà du mieux constaté sur le front de la conjoncture, l’économie italienne continue de souffrir de nombreux maux. “Le chômage reste massif, avec un taux supérieur à 11% et même à 33% pour les jeunes. Et le pays a un vrai problème de compétitivité-coûts, qui tend à s’accentuer”, souligne Eric Bourguignon. “A long terme, la vrai question pour l’économie italienne est de savoir si elle parviendra à élever son potentiel de croissance. Alors que notre voisin transalpin a accusé depuis 15 ans une faible croissance de la productivité, le gouvernement doit impérativement mettre en oeuvre des réformes pour insuffler une nouvelle dynamique”, renchérit Julien-Pierre Nouen, directeur des études économiques de Lazard Frères Gestion.

Le risque d’Itaxit a-t-il vraiment disparu ?

Alors que les élections italiennes du 4 mars se profilent, “la coalition de centre-droit a bien progressé dans les sondages, mais ne devrait a priori pas obtenir de majorité à elle seule, laissant ainsi la porte ouverte à une période de tractations et de négociations”, indique Jean-Pierre Nouen. Le parti extrémiste Mouvement 5 Etoiles (M5S), lui aussi bien placé dans les sondages, est quant à lui revenu sur son projet de référendum en faveur d’une sortie de la zone euro (Itaxit). “Le risque politique lié à l’élection d’un parti ou d’une coalition en faveur d’un Itaxit semble donc écarté, si bien que les investisseurs considèrent actuellement l’issue du scrutin comme un aléa mineur”, indique Eric Bourguignon. Cependant, comme le dit l’adage, “les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Le M5S a bien compris qu’un Itaxit constituait un véritable épouvantail pour bon nombre d’électeurs. Pour autant, on ne peut pas dire que l’opinion publique italienne soit très enthousiaste vis-à-vis de l’euro”, relève Julien-Pierre Nouen.

“Ainsi, à long terme, on ne peut pas exclure que la question d’un Itaxit revienne sur la table. Et s’il devait se concrétiser, la nouvelle devise italienne devrait fortement se déprécier, tandis que les investisseurs de la planète réclameraient une prime de risque (un surcroît de rémunération, pour compenser un plus haut degré d’incertitudes, NDLR). Autrement dit, les taux d’intérêt à long terme s’envoleraient”, explique l’expert de Lazard Frères Gestion.

Hausse des taux d’intérêt et dette publique pharaonique : un cocktail détonant, d’autant plus inquiétant que la croissance structurelle reste faible !

Reste qu’Itaxit ou pas, les taux d’intérêt à long terme italiens sont d’ores et déjà orientés à la hausse, même s’ils ont moins progressé que les taux allemands - la référence du Vieux Continent - ces derniers mois. Or, “si le M5S devait arriver au pouvoir et lancer dans la foulée un plan de relance pharaonique ou des mesures de nature à nettement alourdir les déficits publics, les intervenants pourraient s’en émouvoir, alors que le pays est déjà lesté par une dette publique de 2.300 milliards d’euros - une des plus importantes au monde -, soit 130% du produit intérieur brut ! En réaction, les taux d’intérêt à long terme flamberaient, alourdissant ainsi la charge de la dette…”, indique Eric Bourguignon. Et ce, même si “l’impact de la remontée des taux d’intérêt ne se diffuse que peu à peu sur le stock de dettes d’un Etat, avec un effet étalé sur plusieurs années”, tempère Julien-Pierre Nouen, qui relève que “la hausse des taux d’intérêt est un poison lent pour les Etats”.

“Même si elle est détenue aux deux tiers par les Italiens, la dette publique constitue, par son ampleur, un danger pour le pays, au vu d’une croissance structurelle encore famélique, qui pose la question de la capacité de remboursement de Rome !”, souligne Eric bourguignon.

L’Italie va-t-elle faire basculer la zone euro dans une nouvelle crise, avec la France en première ligne ?
“L’Italie demeure un des plus importants émetteurs d’emprunts d’Etat au monde. Compte tenu de sa dette publique colossale et de son poids économique, qui avoisine 20% du PIB de la zone euro, une grave crise italienne risquerait de provoquer un cataclysme financier pour les autres pays”, juge l’expert de Swiss Life Asset Managers. “D’autant que la taille de l’économie italienne est presque 10 fois plus importante que celle de la Grèce, dont la crise de la dette avait réussi à faire tanguer la zone euro il y a quelques années. En effet, elle avait fait tâche d’huile, les investisseurs se penchant alors sur les faiblesses des autres maillons faibles de la zone euro”, relève-t-il.

Si ce scénario devait être réédité avec l’Italie, on assisterait à “une défiance vis-à-vis de l’ensemble de la zone euro, avec une envolée généralisée des taux d’intérêt à long terme à la clé. Et la France serait loin d’être épargnée, son profil étant proche de celui de l’Italie, avec un même double problème de compétitivité et d’endettement. Or, une très forte hausse des taux d’intérêt à long terme devrait logiquement peser sur la croissance… Heureusement, face au danger, la Banque centrale européenne mettrait tout en oeuvre pour éviter un scénario noir, notamment via des achats massifs d’obligations, destinés à contenir les taux d’intérêt à long terme…”, souligne Eric Bourguignon.

Quels risques pour les banques italiennes et françaises ?

Le système bancaire italien “reste lesté par un stock important - quoiqu’en contraction - de créances douteuses (prêts qui ont de bonnes chances de ne pas être remboursés), représentant actuellement 200 milliards d’euros - soit 12% des encours de prêts bancaires”, souligne Eric Bourguignon. Or, “une remontée plus forte que prévu - mettons à 3 ou 4% - des taux d’intérêt à long terme fragiliserait les entreprises sur lesquelles portent ces créances douteuses”, relève-t-il.

Les banques françaises, “en particulier BNP Paribas (qui contrôle notamment BNL, NDLR) et Crédit Agricole (qui s’est renforcé dans la péninsule en 2016, via le rachat de Pioneer par sa filiale de gestion d’actifs Amundi, NDLR) sont exposées à l’Italie via leurs filiales. Heureusement, ces dernières sont essentiellement financées localement, via les dépôts des particuliers transalpins. Les risques auraient été plus importants si leur financement était assuré par le siège social en France”, explique Julien-Pierre Nouen.

“Les banques françaises ne détiennent plus que pour 9 milliards d’euros de dette italienne. Leur exposition directe est donc limitée. Néanmoins, compte tenu du poids du pays, une grave crise italienne ne manquerait pas de les affecter indirectement”, juge Eric Bourguignon. Décidément, les investisseurs seraient bien inspirés de surveiller le risque italien…

Source

_________________
Fumez coca-cola le seul dentifrice qui donne l'heure exacte !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L’Euro source structurelle de déséquilibre
MessagePublié: 16 Mar 2018 17:57 
En ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012 23:05
Messages: 2269
Sans commentaires, mais, comment peut-on encore être un "Aficionado" de l'Euro ?


Pièces jointes:
Capture.JPG
Capture.JPG [ 55.58 Kio | Consulté 308 fois ]
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Google [Bot], Majestic-12 [Bot] et 14 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats