Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 11 Déc 2018 06:49

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2840 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 260, 261, 262, 263, 264, 265, 266 ... 284  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 20 Sep 2018 16:42 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Oct 2008 12:52
Messages: 17855
Localisation: Alsace
Personne n'a l'adresse d'un bon garagiste ? il y a un connard qui est monté sur mon capot :lol:

_________________
Méfiez-vous, on n'est jamais à l'abri de devenir riche.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 20 Sep 2018 18:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5907
Localisation: Portugal
Investissez dans la pierre, c'est un bon placement... :roll:

La mairie a le droit de préempter votre logement à bas prix
17/09/18 - Par Le Figaro Immobilier, AFP agence

La Cour de cassation estime qu’il n’y a pas d’atteinte au droit de propriété lorsqu’une commune décide de préempter un bien immobilier, même à un prix peu élevé.

Le droit de préemption urbain institué par les communes à leur profit ne peut pas être qualifié de spoliation par les propriétaires. Même s’il se traduit par un achat parfois à très bas prix, la Cour de cassation, dans une décision rendue en juillet dernier, considère qu’il n’y a pas d’atteinte au droit de propriété garanti par la Convention européenne des droits de l’homme.

Un bailleur contestait que la ville de Paris puisse préempter son appartement, en le payant la moitié du prix qu’avait accepté un acquéreur privé à la signature du compromis. Mais il a été débouté. Ce propriétaire invoquait une atteinte disproportionnée à son droit de propriété puisque, au lieu de pouvoir conclure sa vente à 150.000 euros, il ne pouvait plus que renoncer à la vente ou vendre à la commune pour 85.000 euros.

Délibération et insertion dans la presse locale

Si le prix imposé ne lui convient pas, il peut renoncer à vendre, ont relevé principalement les juges. De plus, ont-ils ajouté, ce propriétaire devait accepter l’application des règles d’indemnisation défavorables, imposées par la loi, puisqu’il s’agissait d’économiser les deniers publics. Enfin, le droit de préemption de la collectivité est justifié, selon eux, puisqu’il permet la réalisation d’opérations à des fins d’intérêt général. En l’occurrence, la ville souhaitait transformer l’appartement en logement social. Pour la Cour de cassation, même si ce particulier devait supporter seul l’intérêt général, il n’y a pas d’atteinte disproportionnée à son droit de propriété.
Pour rappel, le propriétaire d’un bien situé dans une zone où seront réalisées des opérations d’aménagement urbain (création d’équipements collectifs, logements sociaux, lutte contre l’insalubrité, reconstruction de quartiers) doit, en priorité, proposer la vente du bien à cette collectivité. C’est le droit de préemption. Le bailleur n’est donc pas libre de céder son logement à l’acquéreur de son choix. La collectivité doit prévenir le propriétaire en lui adressant une délibération qui sera affichée à la mairie pendant un délai de deux mois et d’une insertion dans des journaux diffusés dans le département concerné.

Source

REPUBLIQUE FRANCAISE - AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le pourvoi en ce qu'il est dirigé contre l'arrêt rendu le 26 mai 2016 :
Vu l'article 978, alinéa 1er, du code de procédure civile ;

Attendu que la déclaration de pourvoi faite le 19 juin 2017 contre l'arrêt rendu le 26 mai 2016 par la cour d'appel de Paris n'a pas été suivie du dépôt au secrétariat-greffe de la Cour de cassation, dans le délai prévu par le texte susvisé, du mémoire contenant l'énoncé des moyens invoqués à l'encontre de la décision attaquée ; qu'il s'ensuit que la déchéance du pourvoi est encourue ;

Sur le pourvoi en ce qu'il est dirigé contre l'arrêt rendu le 27 avril 2017 :
Sur le moyen unique :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 27 avril 2017), que la société civile immobilière X... des roses, devenue X... des rases (la SCI Z... des rases), propriétaire d'un lot de copropriété soumis au droit de préemption urbain, a adressé une déclaration d'intention d'aliéner à la ville de Paris, qui lui a fait une offre d'acquisition ; que, la SCI Z... des rases ayant refusé cette offre, la commune a saisi le juge de l'expropriation en fixation du prix du bien ;

Attendu que la société X... des rases fait grief à l'arrêt de fixer comme il le fait le prix du bien ;

Mais attendu qu'ayant relevé que les règles de fixation du prix du bien sur lequel s'exerce le droit de préemption traduisent le souci de la bonne utilisation des deniers publics et permettent la poursuite de l'objectif d'intérêt public de réalisation de logements locatifs sociaux, que le propriétaire du bien est en mesure de faire fixer par le juge la valeur de ce bien, au jour du jugement, en produisant aux débats des termes de comparaison pertinents, et reste libre, si la valeur fixée par le juge ne lui convient pas, de renoncer à la transaction envisagée et de conserver son bien, la cour d'appel en a déduit à bon droit que ces règles, qui assurent un juste équilibre entre les intérêts et droits en cause et ne portent pas une atteinte disproportionnée au droit de propriété, n'étaient pas contraires aux dispositions de l'article 1er du Premier protocole additionnel à la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;

(...)

Suite & source

_________________
"Ce n'est pas parce que le système est en cours d'effondrement que ça nous dispense de le finir à coups de pelle" Thomas Guénolé


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 20 Sep 2018 18:27 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5907
Localisation: Portugal
Dantec a écrit:
Personne n'a l'adresse d'un bon garagiste ? il y a un connard qui est monté sur mon capot :lol:

T'as malencontreusement coupé la route d'un chômeur qui traversait la rue pour trouver du boulot ? :mrgreen:

_________________
"Ce n'est pas parce que le système est en cours d'effondrement que ça nous dispense de le finir à coups de pelle" Thomas Guénolé


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 22 Sep 2018 02:50 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Aoû 2009 09:24
Messages: 2366
Argenor a écrit:
Investissez dans la pierre, c'est un bon placement... :roll:


ce n'est pas nouveau que la mairie a le droit de préempter ton logement à bas prix, les journalistes du Figaro découvrent l'eau chaude :lol:

dans cet arrêt de la cour de cassation on voit quand même qu'il s'agit d'une SCI (on ne connait pas le dossier ni le parc de biens qu'elle a, et encore moins le chiffre d'affaires ou le résultat qu'elle dégage)

elle voulait vendre à 150.000, la mairie lui propose 85.000 (bon ça fait quand même 43% en moins)

le juge estime quand même :

Citer:
il ne peut être considéré que les règles de fixation de la valeur du bien occasionnent à la SCI une atteinte disproportionnée à son droit de propriété, d'autant qu'elle reste en définitive libre, si la valeur fixée par le juge ne lui convient pas, de renoncer à la transaction envisagée et de conserver son bien, ce qui constitue un juste équilibre entre les intérêts et valeurs en cause


le prix ne te conviens pas : tu vends pas et t'attends que la clique en place dégage aux prochaines municipales :)

tout le reste de l'argumentaire est là :

Citer:
sur le prix que la SCI ne verse aux débats, comme elle aurait pu le faire, aucune référence pertinente de nature à soutenir que le bien en cause vaudrait bien la somme de 150 000 euros, somme mentionnée dans le compromis de vente passé le 23 mai 2014 avec Mme D... B..., dont le nom d'usage est X... selon l' extrait du registre du commerce et des sociétés et qui se trouve être l'associée de M.X..., gérant de la société en cause ; en particulier que la comparaison avec l'appartement situé en dessous, plus grand, mieux équipé et libre d'occupation, selon les indications non contestées données par le commissaire du gouvernement, n'est en rien probante car le lot 36 appartenant à l'appelante, doté d'un confort minimal (absence de wc intérieur, simple droit d'accès à un wc de palier), fait également l'objet d'un loyer régi par la loi du 1er septembre 1948, pour un montant de l'ordre de 6,24 euros le m2, lequel correspond sensiblement à celui des charges) ; que la référence de l'appartement du dessous étant écartée comme non pertinente, il convient de se reporter aux seuls autres éléments d'appréciation fournis par le commissaire du gouvernement, lesquels ne font pas, au demeurant, l'objet d'une quelconque réfutation par la SCI ; qu'ils portent sur six biens de vétusté comparable, libres, du quartier La Chapelle, dont le détail est repris dans le jugement contesté, dégageant une valeur moyenne de 3 466 euros le m2; qu'il doit être tenu compte de l'impact sur la valeur du bien de son occupation, qui est substantielle, s'agissant d'un bail régi par la loi de 1948 ; qu'il convient toutefois de limiter l'abattement pratiqué pour occupation à 20 % de la valeur libre, comme le proposait la ville de Paris dans son offre initiale dès lors que le prix du bien, cave incluse, sera fixé à la somme de : 30,10 m2 x 3 466 euros le m2 x 0,8 = 83 461,28 euros, qu'il y a lieu d'arrondir à 85 000 euros, observation faite, à l'instar du commissaire du gouvernement, que cette somme est très supérieure au prix d'achat de 60 000 euros du bien par l'appelante, le 16 janvier 2013, ce qui permet à la propriétaire de dégager une plus-value importante en un bref laps de temps, incompatible avec la spoliation qu'elle dénonce ; en définitive que le jugement doit être confirmé sauf en ce qui concerne le prix d'acquisition » ;


- madame, qui se trouve être l'épouse du gérant de la sci, signe le compromis de vente (on se demande bien pourquoi monsieur, gérant de son état, ne signe pas la vente...)

- bref, l'appartement vendu par madame pour 150.000 euros est dépourvu de wc "intérieur" (il est sur le palier), pour un 30m2 c'est quand même vraiment sympa !

- le prix du m2 est calculé en fonction de 6 biens libres de vétusté comparable dans le même quartier...

- la sci avait acheté l'appartement 60.000 euros le 01/01/2013, elle fait une plus value en 5 ans de 25.000 euros en vendant à 85.000 à la mairie de Paris (+41,66%), difficile de se dire lésée (enfin avant le passage par la case fiscale hein quoiqu'en SCI il y a moyen d'alléger la douloureuse)

d'accord, sur le principe de propriété toussa, il y avait un pigeon pour payer un appart 150.000 euros au lieu de 103.326 euros (au prix du m2 sans le coef de vétusté)

on a plus le droit de vendre à un con alors ? la connerie n'est pas un droit inaliénable ? ben là visiblement non mais si ça peut freiner les délires sur les prix du marché dans les grandes agglomérations pour des biens pourris, ça ne me gêne pas

et puis il faut bien des logement sociaux pour les futurs ministres et ceux qui vont être éjectés...

la mentalité d'aujourd'hui c'est de surévaluer ce que l'on vend, de trouver l'abruti qui acceptera de payer bien plus cher que la valeur réelle...

une anecdote : dimanche dernier j'ai fait la "brocante" chez moi : environ 200 stands, que des particuliers en famille avec leurs mouflets qui vendaient des fringues de gosses, d'adultes, fripés et très usés vendus en moyenne à 10 euros (!), des claviers d'ordinateurs poussiéreux pour 10 balles, des bibelots made in china kitch et bien moches à 5 balles pièce, de l'électroménager de 10 à 20 ans d'âge vendu à 20 balles (!), des pièces détachées informatiques de 5 à 10 ans entre 5 et 10 balles les composants ! de l'outillage (perceuses etc...) vieux et cher

aucun objet ancien, c'était un vide grenier, pas une brocante :? beaucoup de vendeurs derrière leurs stands "les gens n'achètent pas"... et ils s'en étonnent :lol:

_________________
"si vous voyez un banquier suisse sauter par la fenêtre, sautez derrière lui, il y a de l'argent à gagner"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 22 Sep 2018 13:10 
Hors-ligne

Inscrit le: 21 Oct 2008 20:44
Messages: 11786
Localisation: ----
-

_________________
"Je crains plus nos fautes à nous que les desseins de l'adversaire." Thucydide
La France "midinette" dans une Europe convulsive, menacée.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 23 Sep 2018 10:57 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5907
Localisation: Portugal
Investissez dans la pierre, c'est un bon placement... :roll:

Retraites : qui va payer ?
23-09-2018 by miss pupik

Pour tenir une de leurs promesses, celle des retraites, les Etats hypothèqueront votre immobilier. Les gouvernements croulent sous les dettes et sous les promesses non financées. Pour tenir une de ces promesses, celle des retraites, les États hypothèqueront votre immobilier.

• Dette souveraine, dette d’entreprise, prêt sur marge, dette des ménages, prêt immobilier, crédit à la consommation, prêt étudiant, etc, etc. Est-il nécessaire de les rembourser ?
• La plupart d’entre nous contracte des prêts amortissables, et rembourse le capital petit à petit.
• Les entreprises et les États se contentent de refinancer leur dette : ils empruntent à nouveau pour rembourser le capital d’un emprunt parvenu à échéance.
• Les prêts étudiants sont à mi-chemin : ce n’est que parvenu à l’âge de la vie active que l’étudiant est censé rembourser.

LES RETRAITES : IL N’Y A PAS D’ARGENT

La seule dette que nous essaierons de rembourser en tant que pays n’est pas du tout une dette mais un passif non capitalisé. Je parle des retraites, de la promesse faite aux gens de leur payer leur retraite. Parce qu’on ne peut pas se contenter de refinancer cette dette. Elle arrive à échéance et doit être remboursée.

Les États, les entreprises et les fonds, tous ont fait cette promesse. Mais personne n’est complètement certain de qui va payer. Ce qui est intéressant, c’est la conséquence du non-paiement de cette dette. Faire défaut sur les promesses de retraites ne sera pas bien reçu par les populations…

Les dépenses s’effondreraient. Il y aurait également une sorte de révolution politique si le gouvernement refusait tout bonnement de payer ou de renflouer les engagements en matière de retraite des entreprises. Quelqu’un doit donc payer. Ce qui nous ramène à la question « qui » ?

QUI VA PAYER POUR LES RETRAITES ?

Est-ce que ce seront les jeunes ? Ils tentent d’épargner pour leur propre retraite. En effet, les responsables politiques ont décidé de passer d’un modèle où les jeunes financent continuellement les vieux à un modèle d’épargne et d’investissement pour soi-même et pour sa propre retraite. Mais que devient alors le prochain groupe de retraités ? Qui financera leur retraite si les jeunes contribuables sont occupés à financer la leur ? Ou alors les futurs contribuables devront-ils payer pour leur propre retraite en plus de celle de leurs aînés ?

UNE HYPOTHÈQUE DISCRÈTE

Pour le Wall Street Journal, le gestionnaire de fonds Rob Arnott et le professeur de finance Lisa Meulbroek ont transformé ce problème en une donnée que nous pouvons tous comprendre. Aux États-Unis, les retraites publiques sont largement hors de contrôle. Elles représentent en moyenne 75 000 $ par ménage et dans certains États, c’est même pire.

Voilà où ça devient intéressant. Une source importante de financement pour ces États est l’impôt foncier. Toutes les autres formes de richesses peuvent traverser les frontières si un État tente d’augmenter les impôts. Mais l’immobilier, lui, reste. On est bien obligé de payer son impôt foncier.

Que deviendraient les propriétaires fonciers s’ils devaient payer le passif non capitalisé de leur État, avec une « hypothèque discrète » qui représente environ 20% de la valeur de leur bien immobilier ? demandent Arnott et Meulbroek.

En d’autres termes, le ménage moyen américain a une hypothèque cachée d’environ 20% de la valeur du bien immobilier dans lequel il vit. Une hypothèque qui doit être payée pour financer le passif non capitalisé des retraites publiques.

DES EXEMPLES RÉELS

Si cela peut sembler abstrait, voyez ce qui est arrivé à Detroit. Cette ville, anciennement prospère, est aujourd’hui vide. On peut jouer au golf dans des quartiers entiers, comme l’a fait un journaliste américain il y a quelques années. Augmenter les impôts fonciers pour financer les retraites de la ville a fait fuir beaucoup de monde.

C’est ce qui se passe en ce moment dans l’Illinois. Les gens voient arriver à échéance la facture des promesses de l’Etat. Et ils savent que c’est l’immobilier qui devra payer. Ils déménagent donc dans un autre Etat.

Autrement dit, obliger les gens à payer des promesses impossibles peut complètement saccager une économie, en particulier le parc immobilier. Ce qui ne veut pas dire que ne pas payer serait beaucoup mieux. Résultat de tout cela ? Le Consumer Bankruptcy Project a effectué une étude sur une nouvelle tendance effrayante : « Les Américains âgés ont de plus en plus tendance à ouvrir une procédure de faillite, et le pourcentage de ceux qui se sont déclarés en faillite n’a jamais été aussi élevé. Selon les données du Consumer Bankruptcy Project, le taux auquel les Américains âgés (65 ans et plus) se déclarent en faillite a plus que doublé et le pourcentage de personnes âgées dans le système de faillite américain a été multiplié par cinq. L’ampleur du phénomène est si importante que la tendance du vieillissement de la population ne peut l’expliquer ». Qui prendra soin de ces personnes à présent ? Qui paiera pour elles ?

LA VERSION BRITANNIQUE DE « L’HYPOTHÈQUE DISCRÈTE »

En Grande-Bretagne, les choses sont un peu plus personnelles. Ce n’est pas la retraite qu’on essaie de financer par de nouveaux impôts mais les soins aux personnes âgées.

Le Telegraph explique : « Les députés réfléchissent à ce qu’on appelle une ‘taxe retraites’ qui verrait les contribuables payer une somme forfaitaire à l’Etat afin de couvrir la hausse vertigineuse des coûts d’hébergement en maison de retraite et de protection sociale des personnes âgées. Il est entendu que ces propositions verraient les retraités faire un paiement unique dans un ‘fonds de santé national’ qui servirait à couvrir les coûts de financement de leur séjour en maisons de retraite ».

On prévoit que le nombre de personnes de plus de 65 ans va augmenter de 75% d’ici 20 ans. On imagine donc bien pourquoi le gouvernement est inquiet. « Selon une source proche de Matt Hancock, le secrétaire d’Etat à la Santé, ce dernier n’a pas écarté cette possibilité : ‘rien n’est à exclure’.

Parallèlement, une source proche du gouvernement a déclaré que les ministres étudiaient ‘plusieurs idées’ autour du financement de la protection sociale, ajoutant qu’ils étaient déterminés à ‘ne pas faire porter le fardeau aux jeunes’ par une imposition plus élevée ». Le gouvernement discute de transférer l’argent d’un bout de la baignoire à l’autre pour nous sauver de la noyade.
Au final, toutes les promesses sont soit payées par les impôts soit en défaut de paiement. Créer un impôt spécifique pour financer un programme spécifique n’est qu’une hausse des impôts. Vous souvenez-vous de la catastrophe qu’a été l’impôt sur la sénilité ? Pour certains, il a coûté à Theresa May sa majorité. La proposition de prendre en compte la valeur de votre domicile dans le calcul des conditions de prise en charge de vos soins pour personnes âgées a suscité une vive indignation.

A mon avis, les politiques comme l’imposition, qui sont liés aux changements démographiques et aux promesses de retraites, évolueront fortement dans les prochaines années. Et pas pour le meilleur.

Des programmes tels que l’impôt sur la sénilité et le prélèvement forfaitaire de retraite sont des signaux d’alerte. Le gouvernement veut faire entrer votre argent dans le système afin de pouvoir le confisquer lorsque le système de retraite ne parviendra plus à tenir ses promesses. Pour vous protéger, vous devez garder une partie de votre argent hors de portée du radar du gouvernement. Pas de manière illégale ni même de manière douteuse. Simplement de manière qu’il soit difficile à atteindre lorsque l’Etat modifiera les règles vous concernant.

La seconde option est d’investir dans l’or. Pas des ETF sur l’or, de l’or papier ou des contrats à terme. Je vous parle ici de l’or que vous pouvez tenir entre vos mains et garder comme objet personnel. Du fait de la difficulté de taxer efficacement l’or qui est en votre possession personnelle, je pense que les Etats sont bien moins susceptibles d’essayer de le faire. Les actifs possédés de manière numérique comme les actions, et les actifs qui sont déjà taxés comme les biens immobiliers, seront ceux qui porteront le gros du fardeau. Parce qu’il est facile pour un Etat de se les approprier, sans même vous en demander la permission. Enfin, n’oublions pas le développement récent des cryptomonnaies.

PRÉDIRE NOTRE FUTUR EN VISITANT LE JAPON

Cela fait trois mois que je suis au Japon. Mon intention était d’effectuer quelques recherches démographiques pour voir comment l’Europe continentale et la Grande-Bretagne évolueront dans les prochaines années. Mais il semble que je sois tombé dans la partie la plus fertile du Japon. Il y a des enfants partout. De récentes visites dans une maison de retraite et dans un hôpital n’ont à vrai dire pas déclenché d’illumination chez moi. Ces établissements sont comme partout ailleurs – excepté que les infirmières et le personnel ne sont pas issus de l’immigration.

Ma grand-mère par alliance était plus bavarde que jamais après son opération de la hanche. Grand-père avait momentanément retrouvé la mémoire, ce qui lui a permis de me serrer la main et de me féliciter pour mes fiançailles avec sa petite-fille. Malgré le manque de preuves anecdotiques, les statistiques et ce qu’on raconte sur les changements démographiques au Japon sont toujours d’actualité. Certaines données sont très étranges. Et d’autres sont celles auxquelles on devrait s’attendre.

Investir pour financer la retraite a été un échec total au Japon. Les prix immobiliers se sont effondrés, sans reprise aucune. Le cours des actions également. La propriété est considérée comme un bien de consommation, pas comme un investissement. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi. On voit des maisons et des villages vides à travers tout le pays.

Image
Source: Financial Times

Imaginez 30% du parc immobilier vide…

Entre temps, des gens possèdent des biens immobiliers à travers le pays qu’ils ne parviennent pas à vendre. La valeur a tellement baissé que vendre serait enregistrer une perte dévastatrice. En particulier s’ils sont encore endettés.

Certains retraités japonais se reposent sur le système carcéral pour trouver un toit et de la nourriture. De toute évidence, une vie de délits mineurs tout en s’efforçant de se faire arrêter, ça peut également être un secours.

Je ne sais pas dans quelle mesure cela était vrai avant la bulle économique japonaise mais la responsabilité familiale collective semble être la solution favorisée face au changement démographique.

Les membres de la famille sont tenus pour responsables des actions des uns et des autres. Et de leurs dettes. Et du coût de retraite de chacun. Vous pouvez imaginer le changement de dynamique familiale que cela occasionne, pour le meilleur et pour le pire. Cela rend certainement les choses intéressantes…

Source

_________________
"Ce n'est pas parce que le système est en cours d'effondrement que ça nous dispense de le finir à coups de pelle" Thomas Guénolé


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 24 Sep 2018 18:48 
Hors-ligne

Inscrit le: 30 Sep 2012 17:14
Messages: 567
B3 ... touché
C3 ... coulé


http://www.jeanmarcmorandini.com/articl ... rquer.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 24 Sep 2018 19:32 
Hors-ligne
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 18 Oct 2008 12:52
Messages: 17855
Localisation: Alsace
Argenor a écrit:
Investissez dans la pierre, c'est un bon placement... :roll:

Imaginez 30% du parc immobilier vide…

Entre temps, des gens possèdent des biens immobiliers à travers le pays qu’ils ne parviennent pas à vendre. La valeur a tellement baissé que vendre serait enregistrer une perte dévastatrice. En particulier s’ils sont encore endettés.


Il faut savoir qu'au Japon, la norme est de détruire la maison qu'on a acheté pour en reconstruire une à son gout sur l'emplacement, du moins dans les grandes villes où le foncier se fait très rare.
Je suis ce youtubeur français qui vit au Japon depuis 10 ans, il a fait une vidéo sur ces millions de logements abandonnés, c'est assez instructif.
https://www.youtube.com/watch?v=gXm3VgI2ftg

_________________
Méfiez-vous, on n'est jamais à l'abri de devenir riche.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 24 Sep 2018 20:59 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5907
Localisation: Portugal
Effrayant, je n'imaginais que c'était à ce point là...

Maintenant, cela justifie-t-il de laisser une immigration indiscriminée se développer comme les dirigeants européens semblent vouloir le faire ???

_________________
"Ce n'est pas parce que le système est en cours d'effondrement que ça nous dispense de le finir à coups de pelle" Thomas Guénolé


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 24 Sep 2018 21:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5907
Localisation: Portugal
C'est pas une nouvelle forme de censure ça ?

Pièce jointe:
Quebec.jpg
Quebec.jpg [ 82.21 Kio | Consulté 353 fois ]

_________________
"Ce n'est pas parce que le système est en cours d'effondrement que ça nous dispense de le finir à coups de pelle" Thomas Guénolé


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2840 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 260, 261, 262, 263, 264, 265, 266 ... 284  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats