Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2017 17:18

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 24 Avr 2014 13:13 
En ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Déc 2011 05:22
Messages: 2922
Gaël Giraud, directeur de recherche au CNRS.
Il est diplômé de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de l'Ensae.
Il est aussi docteur en mathématiques appliquées de l'Ecole polytechnique.
En 2009, il est sélectionné pour le Prix du meilleur jeune économiste, remis par le Monde et le Cercle des économistes.

Il est auteur du livre l'illusion financière...

Depuis 2010, la crise financière des crédits subprime s'est transformée en une crise des dettes publiques, et tout semble indiquer que le pire est encore devant nous. L'impasse dans laquelle les marchés financiers enferment l'économie européenne va jusqu'à remettre en cause les institutions mêmes du vivre-ensemble européen... Y a-t-il d'autres issues que la généralisation des plans d'austérité budgétaire, le paiement des dettes bancaires par les contribuables et la déflation ?

L'ouvrage de Gaël Giraud met en lumière les illusions qui brouillent le débat public actuel. Il montre en particulier que la contrainte énergétique et climatique est l'élément déterminant qui conditionne toute prospérité durable en Europe, et souligne l'exigence de la placer au coeur d'un nouveau projet qui échappe à l'addiction mortifère de notre économie à l'égard d'une finance dérégulée.

Image

« Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme »

Contrairement à ce qui est écrit dans tous les manuels d'économie, l'énergie (et non le capital, sans elle inerte) se révèle être LE facteur essentiel de la croissance, selon Gaël Giraud, 44 ans, directeur de recherche au CNRS.

De 1945 à 1975, les “trente glorieuses” ont été une période de croissance accélérée et aussi de consommation inédite d'hydrocarbures. Depuis lors, la planète n'a jamais retrouvé la vitesse de consommation d'énergies fossiles qui fut la sienne après guerre. C'est une bonne nouvelle pour le climat. Mais cela n'est pas étranger non plus au fait que nous n'avons jamais retrouvé non plus les taux de croissance du PIB des trente glorieuses.

Reste que sur le long terme, une relation extrêmement stable existe entre la consommation d'énergie et la croissance du PIB. On retrouve la même très grande stabilité lorsque l'on élargit la perspective non plus dans le temps, mais dans l'espace. Pour des pays importateurs comme la France, l'externalisation de la consommation d'énergie par le biais des importations conduit à sous-estimer l'influence de l'énergie dans l'évolution de la croissance économique. L'estimation de la relation entre énergie et croissance est beaucoup plus fiable à l'échelle mondiale qu'à l'échelle nationale.

Si malgré les remarques liminaires que je viens de faire, vous croyez, comme la plupart des économistes universitaires, que le prix de l'énergie reflète fidèlement l'offre et la demande réelles, et si en plus et surtout, vous postulez que l'industrie des hydrocarbures n'est soumise à aucune contrainte du côté de l'extraction, alors vous concluez tranquillement que l'élasticité du PIB par rapport à l'énergie est proche de la part du coût de l'énergie dans le PIB, ce que l'on appelle son “cost share” en anglais. Soit moins de 10%, en effet. C'est ce raisonnement qui permet à certains de mes collègues économistes, à tort je pense, de prétendre que l'énergie est un sujet marginal et, pour tout dire, un non-sujet.

Mes propres travaux empiriques, menés sur près d'une cinquantaine de pays, et sur plus de quarante ans, montrent qu'en réalité l'élasticité du PIB par rapport à l'énergie primaire est comprise entre 40 %, pour les zones les moins dépendantes du pétrole, comme la France, et 70 % pour les Etats-Unis, avec une moyenne mondiale tournant autour de 60 %.

Si l'on suit Tainter, nous serions condamnés, dans la mesure où notre société aurait atteint son “pic de complexité”, au-delà duquel les gains de productivité de la complexité deviendraient négligeables ? Je peux me tromper, mais je suis convaincu, pour ma part, que seules deux régions au monde peuvent lancer la transition énergétique en tant que vaste projet économique et politique : l'Europe et le Japon. En effet, il faut, pour cela, d'excellents ingénieurs et une population à la fois riche et très éduquée. Si l'Europe devient leader dans la transition énergétique et, plus globalement, écologique, alors elle pourra, avec son propre retour d'expérience, exporter auprès du reste du monde son savoir-faire. Sinon, elle sera condamnée à devoir faire la guerre, comme l'empire romain, pour capter l'énergie des autres, ce qu'elle n'a plus guère les moyens de faire.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/04/ ... -de-dogme/

Gaël Giraud est un des seuls économistes (voire le seul :?: ) qui a une double formation: scientifique et économique.... ce qui lui permet d'avoir un pied dans l’économie qui constitue la richesse réelle, et l'autre dans l’économie virtuelle financiarisée, et donc d'avoir une vision globale de la situation, et des perspectives futures.

En revanche, si la seule réponse au cataclysme a venir est de faire isoler les bâtiments, je pense qu'il n'a pas compris tous les enjeux que cela impliquait au niveau social et démocratique...

_________________
Our entire currency system is imaginery. It doesn't really exist. It's just that we're all dreaming the same dream. If anybody chooses to wake up... It's over with...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 26 Avr 2014 00:26 
Hors-ligne

Inscrit le: 16 Mar 2013 15:29
Messages: 460
GoldOrHack a écrit:
Gaël Giraud est un des seuls économistes (voire le seul :?: ) qui a une double formation: scientifique et économique....


Et jésuite.
Autrement dit : un économiste, avec un système de valeurs morales inflexible. (Que l'on partage ou pas)
Mais qui n'est pas à géométrie variable.
Indépendant de son employeur.
Indépendant du pognon à se faire. (-> Artus, Fiorentino, Minc, Steg et ceux qui ont leur rond de serviette chez BFM,
sauf Berruyer, qui doit être un ascète-blogueur, et Paul Sabatier, un analyste honnête)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 26 Avr 2014 08:46 
Hors-ligne

Inscrit le: 23 Fév 2011 20:59
Messages: 790
GoldOrHack a écrit:
Gaël Giraud est un des seuls économistes (voire le seul :?: ) qui a une double formation: scientifique et économique....



Beaucoup d'économistes ont d'abord reçu une formation poussée en mathématiques. Pour les seuls Français, on peut citer au hasard Maurice Allais, Gérard Debreu, Daniel Cohen, Jean Gadrey, Frédéric Lordon... G. Giraud n'est donc pas une exception, on reproche d'ailleurs souvent à l'économie d'être beaucoup trop matheuse, et de ne pas (ou plus) se nourrir suffisamment des sciences humaines.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 26 Avr 2014 09:40 
En ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Déc 2011 05:22
Messages: 2922
Quand je disais scientifique, je pensais plus physique, science expérimentale, que mathématique.
Des théories, il y en a beaucoup, mais mais vérifiées expérimentalement, il y en a peu. Je pense que plus de modestie ne serait pas de trop dans le monde des économistes qui campent sur des certitudes idéologiques sur celles de leur modèle.
En tout cas, ceux qui sont cités sont effectivement parmi les meilleurs, mais ce ne sont pas ceux qui passent le plus sur les medias main stream.

Sa remise en cause de la faible part énergétique prise dans le PIB mérite le détour...


_________________
Our entire currency system is imaginery. It doesn't really exist. It's just that we're all dreaming the same dream. If anybody chooses to wake up... It's over with...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 27 Avr 2014 23:21 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Déc 2008 07:01
Messages: 3575
Citer:
De 1945 à 1975, les “trente glorieuses” ont été une période de croissance accélérée et aussi de consommation inédite d'hydrocarbures. Depuis lors, la planète n'a jamais retrouvé la vitesse de consommation d'énergies fossiles qui fut la sienne après guerre. C'est une bonne nouvelle pour le climat. Mais cela n'est pas étranger non plus au fait que nous n'avons jamais retrouvé non plus les taux de croissance du PIB des trente glorieuses.

Causes et conséquences.
La cause des 30 glorieuses est, à la fois, un besoin de reconstruction ET un faible cout de l'énergie fossile ET un faible cout du travail pour cause de rationnement.
Si l'énergie est une donné à ne pas négliger il ne faut pas en faire une pierre angulaire dans un système humain.
La pierre angulaire de tout système humain c'est l'humain avec toute sa complexité et ses contradictions.
Et partant de là on sait qu'on a pas le cul sortit des ronces. ;)

_________________
Un homme se promenait nu l'habit à la main... J.Prévert.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 28 Avr 2014 00:38 
En ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Déc 2011 05:22
Messages: 2922
L'importance des facteurs humains et psychologiques est évident pour l'aspect monétaire. C'est même dans ma signature. ;)

En revanche, si on met deux fois moins d'essence dans une voiture, personne ne pourra nier qu'elle fera deux fois moins de km, quelles que soient les opinions de la personne au volant.
Il en est exactement de même pour l'agriculture (totalement mécanisée), l'industrie (hautement automatisée et robotisée) et les transports.

Un petit calcul de physique de base montre que le rapport travail humain et travail mécanisé est de 1 a 100. Il suffit de pousser sa voiture avec 4 passagers + bagages, sur 15 km pour se rendre compte de la puissance contenue dans un petit litre d'essence... qui coûte trois fois rien par rapport aux mecs balaises que je devrais payer au SMIC pour la pousser sur cette distance a vitesse réduite.

Lorsque l'on place le PIB mondial et la production d’énergie primaire sur deux axes, on a curieusement... une belle droite... Parler de l'un revient a parler de l'autre et inversement puisqu'il s'agit de la même chose en fait au premier ordre.

A partir de ce constat intuitif, Gael Giraud démontre qu'en fait, la part énergétique dans le PIB varie entre 40% et 70% (USA): d'ou la belle droite... et pas 6 % comme le prédisent tous les modèles économiques...

Cela ne serait pas tellement inquiétant si la production de pétrole était infinie et si les rejets de sa combustion n'avaient aucun impact sur la qualité de l'atmosphère. Bien évidemment, ce n'est pas le cas... Le pic du pétrole conventionnel mondial a été acté en 2007, comme prévu 40 ans après le pic des découvertes en 1965. D’où pétrole et gaz de schiste a fond pour soutenir l’activité aux USA (levée des restrictions sur l'off shore profond et incitations fiscales). Cela devrait durer 10 ans, peut être 15...

Donc, je ne suis qu'un seul indicateur: c'est la production mensuelle de brut aux USA. Quand les USA ont passé le pic fin 1970 et ont été obliges d'importer massivement du pétrole du moyen orient, cela a provoqué un découplage direct du dollar sur l'or quelques mois après.

On peut en conclure que le jour ou la production d'huile de schiste va plafonner, il va falloir s'accrocher a son siège, car ça va swinguer...

Et puis, c'est relativement fiable, le volume du baril n'a pas bougé en 300 ans (159 litres)... et contrairement au PIB, personne n'a encore songé a y glisser des putes ou de la drogue a l’intérieur pour le faire gonfler. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

_________________
Our entire currency system is imaginery. It doesn't really exist. It's just that we're all dreaming the same dream. If anybody chooses to wake up... It's over with...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 28 Avr 2014 01:04 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 28 Juin 2010 00:24
Messages: 440
Localisation: Terre
Tout est là en fait :

_________________
Toute référence a un modèle, élève les uns, rabaisse les autres. Ils faut renoncer à comparer les hommes entre eux ... Seule la reconnaissance des différences donne le droit à chacun d'exister.
Francois D'Assise - 1226


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 28 Avr 2014 02:20 
En ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Déc 2011 05:22
Messages: 2922
zzroot a écrit:
Tout est là en fait


C'est un scénario possible, mais il faut garder a l'esprit que ce n'est pas nécessairement celui qui va se jouer... ;)

_________________
Our entire currency system is imaginery. It doesn't really exist. It's just that we're all dreaming the same dream. If anybody chooses to wake up... It's over with...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 28 Avr 2014 03:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 25 Aoû 2012 12:12
Messages: 2382
le mec s'est tiré une balle ce mois-ci.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: L'illusion financière de Gaël Giraud...
MessagePublié: 01 Juin 2014 21:46 
En ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 17 Déc 2011 05:22
Messages: 2922
Repenser l’économie à partir du concept universel d’énergie...

Le prix véritable de l'énergie serait bien différent de ce qui est écrit sur les pompes à essence et de ce qu'énonce la théorie économique.

Si la valeur de l'énergie est infiniment sous-estimée, deux questions s'imposent :

– à qui cette plus-value devrait-elle revenir : aux titans capitalistes de l'énergie, dont les plus anciens, à commencer par ExxonMobil, ne parviennent plus depuis déjà une décennie à maintenir leurs volumes de production, en dépit de chiffres d'affaires sans précédent?

– avec quoi rémunérer ce que serait la vraie valeur de l'énergie : avec notre monnaie fiduciaire qui, depuis l'abandon de l'étalon-or, se trouve déconnectée de tout lien tangible avec une réalité physique quelconque, une "fiat money" devenue plus que jamais prophétie auto-réalisatrice par la grâce des "assouplissements quantitatifs" chargés de remédier à la crise de 2008,... crise qui pourrait bien elle-même s'avérer être la conséquence du choc pétrolier permanent advenu à partir du milieu des années 2000?

D'après les calculs de Gaël Giraud, il FAUT accroître en moyenne la consommation d'énergie de 1 pour aboutir à une croissance de 0,6 du PIB par habitant. Or, sans doute notamment à cause des effets combinés de l'expansion démographique et du très net ralentissement de la croissance de la production mondiale de brut à partir de 1973 (ralentissement intervenu en dépit de l'incitation constante de prix de l'or noir radicalement plus élevés que durant quelque cent années auparavant...), la consommation d'énergie par habitant a plafonné dans les pays riches à partir de l'époque des chocs pétroliers : est-ce là, à l'amélioration de l'efficacité énergétique près, la cause décisive de l'étiolement de la croissance survenu depuis dans ces pays?

Si d'autres chercheurs viennent confirmer les résultats de Gaël Giraud et de ses collègues, "on peut parier que les théories économiques du futur ne ressembleront pas du tout à celles d’aujourd’hui, et que les économistes qui soutiennent les théories actuelles seront un jour aussi ridicules que les médecins de Molière".

A force d'échanger depuis dix ans avec des physiciens (Ayres), des ingénieurs (Jancovici) et des économistes (Hourcade, Kumhof et maintenant Giraud) qui ont entrepris de regarder la réalité économique pour ce qu'elle est primordialement, c'est-à-dire une histoire de joules bien avant que de dollars, d'euros ou de yuans, j'ai pour ma part la conviction que tôt ou tard, un paradigme nouveau émergera.

Einstein s'est aperçu il y a plus d'un siècle que l'énergie est la clé des interactions physiques (vous savez, E=mc²). Tout phénomène EST énergétique, l'économie comprise. Alors qu'attendent les économistes ? Le temps... presse.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/05/ ... more-10609

Image


Les archives de plus d'un siècle indiquent une stabilité extraordinaire du ratio gold/oil autour de 15-20 barils/once.

La conclusion est de plus en plus claire: l’économie, c'est essentiellement des matières premières transformées avec de l’énergie, et la monnaie, c'est de l'or et rien d'autre (En plus, c'est beau ;) et chaque face représente une part d'histoire). Le reste, c'est du Ponzi qui va nécessairement s'effondrer a plus ou moins brève échéance, sauf dans le cas de l'exploitation d'une source d’énergie quasi infinie type fusion, thorium ou autre...

_________________
Our entire currency system is imaginery. It doesn't really exist. It's just that we're all dreaming the same dream. If anybody chooses to wake up... It's over with...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : 155 au kilo, Alfred, Argenor, GoldOrHack, Google [Bot], orinelle, Paris, vdp86 et 34 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats