Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 26 Mar 2019 18:18

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2921 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 283, 284, 285, 286, 287, 288, 289 ... 293  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 22 Déc 2018 17:04 
Hors-ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009 23:14
Messages: 1500
Source :
https://lesmoutonsenrages.fr/2018/12/22 ... ns-deuros/


Tandis que certains peinent à finir le mois .....

http://www.francesoir.fr/politique-fran ... ementaires

https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 84287.html

ça date déjà
mais ça ressortirai en ce moment suite à des reportages et enquêtes d'envoyés spéciaux

Démoncratie :twisted: quand tu nous nous tiens


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 22 Déc 2018 17:37 
En ligne

Inscrit le: 30 Déc 2010 22:28
Messages: 6416
Cela fait très peu par sénateur et par mois.

_________________
Le survivaliste qui a oublié son ouvre-boîte ne mérite pas de survivre.
(155 au kilo)

En France tout finit par des sansons.
(Robespierre)

L'important n'est pas de gagner mais de participer
(général Gamelin)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 23 Déc 2018 19:31 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5925
Localisation: Portugal
Aux États-Unis, l'économie doit ralentir car elle crée trop d'emplois :D
23/12/2018 - Jean-Christophe Catalon

À 3,7% depuis le mois de septembre, le chômage est à son plus bas niveau depuis 1969 aux États-Unis.
L'économie américaine crée plus de deux millions d'emplois par an. À ce rythme, le vivier de main-d'œuvre sera bientôt insuffisant pour satisfaire les besoins des entreprises. Si la croissance ne décélère pas, les salaires pourraient monter en flèche et faire déraper l'inflation. C'est pourquoi la Fed cherche à freiner l'économie, au grand dam de Donald Trump qui rêve de réélection.

Aux États-Unis, l'économie tourne toujours à plein régime. Boostée par les baisses d'impôt décidées par Donald Trump, la croissance devrait avoisiner les 3% cette année. Les effets de cette réforme fiscale vont progressivement se dissiper en 2019 et la croissance devrait ralentir mais rester au-dessus de 2,5%. L'été prochain, le pays devrait fêter ses dix ans sans récession. Une première dans son histoire.

Avec un tel rythme, l'économie crée beaucoup d'emplois: environ 220.000 par mois cette année, faisant chuter le chômage à 3,7% depuis septembre, soit son plus bas niveau depuis 1969. "Le taux de chômage peut continuer à baisser" en 2019, souligne le chef économiste de Candriam Anton Brender, avant d'atteindre son plancher. Si les créations d'emplois gardent leur dynamisme, le risque est de voir la progression des salaires accélérer et l'inflation avec. C'est pourquoi la banque centrale américaine, la Fed, cherche à décélérer l'économie, au grand dam de Donald Trump qui prépare sa campagne pour sa réélection en 2020. Explications.

Certaines personnes ne sont plus en état de travailler

Cette année comme l'année prochaine, l'économie américaine devrait créer plus de deux millions d'emplois. Mais la population en âge de travailler (les 16-64 ans), n'augmente pas aussi rapidement pour pourvoir les absorber.

Certes, sur l'ensemble des Américains âgés de 16 à 64 ans 70% ont un emploi. En théorie, il y a donc de la marge pour absorber les créations de postes. Le problème est qu'une "partie des hommes en âge de travailler ne sont plus en état de travailler", pointe le chef économiste de Candriam. La crise des opioïdes, qui a tué près de 200 personnes par jour outre-Atlantique en 2017, est l'un des facteurs expliquant cette situation. "Elle a plongé des millions d'Américains, en particulier des hommes blancs, dans une situation d'addiction et de fait ils ne peuvent plus occuper un emploi", explique Anton Brender.

Parmi les 25-54 ans (soit environ la moitié de la population active) environ 78,5% ont un emploi en 2017. Ce taux peut monter jusqu'à 80,5% fin 2019 et plafonner à ce niveau, selon les calculs du chef économiste de Candriam.

Ainsi, jusqu'à la fin de l'année prochaine, la population active peut encore apporter suffisamment de main-d'œuvre pour répondre aux besoins des entreprises. Mais dès 2020, la marge se sera refermée. Le chômage aura atteint son plancher, autrement dit les États-Unis seront au plein emploi. La population en âge de travailler ne pourra absorber que 950.000 créations d'emplois dans l'année, et si l'économie américaine continue d'en créer plus de deux millions, "il n’y aura plus assez de population active pour les pourvoir", prévoit Anton Brender. À moins de compenser par l'immigration, comme l'a fait l'Allemagne, mais avec Donald Trump au pouvoir l'éventualité paraît inenvisageable.

Bras de fer entre Donald Trump et la banque centrale

S'il n'y a plus assez de personnes pour occuper les postes, les employeurs vont devoir proposer des conditions de travail toujours plus avantageuses pour attirer des salariés. Le risque est alors que les salaires bondissent et que l'inflation dérape.
La Fed, dont la mission est d'assurer la stabilité des prix (soit une inflation proche de 2%) cherche donc à décélérer progressivement l'économie pour que les créations d'emplois ralentissent. Pour ce faire, elle a augmenté ses taux d'intérêt quatre fois en 2018 et prévoit de le faire deux fois l'année prochaine. Ces mesures ont pour effet de contracter l'offre de crédit. Des premiers effets se font déjà ressentir. Pour les particuliers, le coût du crédit immobilier s'est renchéri les décourageant d'investir, ce qui entraîne déjà une baisse de l'activité dans le secteur. Au global, la croissance économique des États-Unis devrait s'afficher en-dessous de 2% en 2020.

Cette politique monétaire menée par la Réserve fédérale n'est pas du goût de Donald Trump. Le président américain n'a cessé de critiquer ces derniers mois Jerome Powell, le patron de la banque centrale, qu'il a pourtant lui-même nommé. Il aurait même demandé à ses conseillers si la loi l'autorisait à le limoger, a dévoilé CNN samedi. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a démenti cette information, tout en rapportant que Donald Trump lui a fait part de son "désaccord complet avec la politique de la Fed".

Le seul moyen d'éviter de voir l'inflation déraper tout en maintenant la croissance à un niveau élevé serait de gagner en productivité. C'est justement en partie sur cette promesse que Donald Trump s'est fait élire. "Les baisses d'impôt promises et la dérégulation devaient encourager les entreprises à investir fortement et faire accélérer les gains de productivité", rappelle Anton Brender. "Ce n'est pas le cas", observe-t-il, les entreprises ayant préféré racheter leurs propres actions ou reverser des dividendes. Une croissance qui ralentit est un signe de l'échec de la politique du président américain, un mauvais signal pour lui à l'approche de l'élection présidentielle de 2020.

Source

_________________
" Sur terre, il y a deux types de personnes. Ceux qui sachent et ceux qui croient sachoir. " Emile Zola


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 24 Déc 2018 09:30 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5925
Localisation: Portugal
Un pognon de dingue pour un tableau sans intérêt...

La Cour des Comptes pointe du doigt l’achat d’un tableau payé 80 millions d’euros aux Rothschild
Par Pierre-Alain Depauw — 14 décembre 2018

La Cour des Comptes vient de publier un rapport sur la Banque de France, portant sur les exercices 2011 à 2017. Cette institution bancaire, dont le capital appartient à l’Etat, s’est lancée depuis une dizaine d’années dans le mécénat. La Cour des Comptes rappelle que ” ce soutien financier n’est pas toujours en lien avec son histoire ou ses missions “.

Un chapitre intitulé ” Une politique de mécénat disparate qui a connu des dérives ” trouve sa place dans le rapport émis par la Cour des Comptes sur la Banque de France. La Cour des Comptes y épingle notamment l’achat par la Banque de France d’un tableau signé Rembrandt et appartenant à une branche de la famille Rothschild. En 2015, la Banque de France a conclu l’achat de ce tableau pour la modique somme de 80 millions d’euros.

Mais comme le mécénat bénéficie d’une réduction fiscale à 90%, c’est le fisc qui a perdu dans l’affaire la bagatelle de 72 millions d’euros.

Le rapport de la Cour des Comptes note que ” cette budgétisation est en outre susceptible de mettre la Banque de France en difficulté au regard des textes européens qui interdisent le financement des Etats par les banques centrales “.

Car cette affaire, qui a avant tout profité à la famille Rothschild, a tout d’un jeu de passe-passe. Le rapport de la Cour des Comptes souligne d’ailleurs que, dans le compte rendu de la décision du Conseil général de la Banque de France approuvant ce mécénat, le gouverneur de la Banque de France prend bien soin de mentionner que la décision est prise avec l’accord du président de la République François Hollande et de son ministre des Finances Michel Sapin.

A la même époque, le ministre de l’Economie n’était autre qu’un certain Emmanuel Macron, directement issu de la Banque Rotschild.

Pièce jointe:
Macron_Rembrandt_500.jpg
Macron_Rembrandt_500.jpg [ 63.24 Kio | Consulté 1665 fois ]

Source

~~~~~~~~~~~~

La BdF pointée du doigt pour l’achat d’un Rembrandt de 80 millions d’€ appartenant aux Rothschild !
19-12-2018 - Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse – Reuters

Pièce jointe:
Macron_Rembrandt.jpg
Macron_Rembrandt.jpg [ 55.64 Kio | Consulté 1665 fois ]

Alors qu’il n’en a ni le pouvoir ni les prérogatives, voici comment un haut fonctionnaire a fait acheter par la Banque de France un tableau de Rembrandt à 80 millions d’euros appartenant à Éric de Rothschild. Ce haut fonctionnaire n’est autre que le président de la banque de France, Monsieur François Villeroy de Galhau ! Il est si intelligent, si diplômé, appartenant à tellement de conseils d’administration qu’il est inconcevable qu’il ait pu commettre une telle erreur et pourtant on a l’impression que les hauts fonctionnaires français ont été formés pour perdre de l’argent, dilapider la richesse du pays et faciliter son pillage. Comment un inspecteur des finances, comme lui, a-t-il pu commettre une telle bourde et engager les finances publiques à débourser 80 millions d’euros pour une toile alors que le peuple est en train de crever, la bouche ouverte ? Ceci est encore une fois la preuve d’un décalage total entre des élites parisiennes hors-sol est un peuple martyrisé.

Cette affaire a été conclue donc entre les gouvernements français et néerlandais pour une somme totale de 160 millions d’euros encaissés par Éric de Rothschild dont la moitié provient de la Banque de France. Comment peut-on expliquer que l’on puisse taxer plus de la moitié du PIB afin de ne pas dépasser le sacro-saint taux de 3 % de déficit et en même temps acheter une toile qui n’a absolument aucun intérêt et certainement aucun caractère d’urgence étant donné le nombre de musées magnifiques que possède déjà la France !

La Cour des Comptes a donc jugé cet achat « très discutable » mais elle n’a malheureusement aucun moyen de sévir ou d’annuler la transaction. On imagine que le gouverneur de la Banque de France poursuivra sa superbe carrière et qu’il recevra les plus belles distinctions républicaines…

La Cour des comptes juge « très discutable », dans un rapport sur le mécénat d’entreprise rendu public cette semaine, le rôle joué par la Banque de France dans l’achat pour 80 millions d’euros d’un tableau de Rembrandt au bénéfice du Musée du Louvre.

Il s’agit d’un portrait appartenant à un diptyque du peintre flamand représentant les « époux Soolmans », que l’État français avait initialement renoncé à acquérir faute de moyens financiers suffisants, mais finalement classé « œuvre d’intérêt patrimonial majeur » pour faire pièce à la concurrence de l’État néerlandais.

La Banque de France est ainsi venue au secours de l’État français. Mais la Cour des compte juge « très discutable » cette acquisition, au regard des montants en jeu et de l’absence de tout lien avec les missions de la banque centrale.

« Son financement s’est traduit par une diminution d’autant du dividende versé par la Banque de France à l’État, qui l’a ainsi dans les faits intégralement supportés sans avoir recours à des crédits budgétaires », estime la Cour des comptes.

Source

_________________
" Sur terre, il y a deux types de personnes. Ceux qui sachent et ceux qui croient sachoir. " Emile Zola


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 29 Déc 2018 15:46 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Juin 2009 22:06
Messages: 2589
Dictature douce, qui rappelle la mise à l’écart de Sapir, Onfray et autres mal pensant :
Citer:
Chercheur au CNRS, il est mis à pied pour son engagement avec les Gilets jaunes

Beaucoup le connaissent sous son surnom, « Pirate », sans peut-être même savoir que l’intéressé occupe une fonction d’universitaire dans une autre vie. Sur le rond-point de la rue Necker à Saint-Etienne, Stéphane Mottin s’affaire à la logistique et à la sécurité. Aujourd’hui, il paye un lourd tribut de son engagement auprès d’autres Gilets jaunes.

Le 17 décembre, il reçoit un courrier du CNRS qui annonce sa mise à pied à titre conservatoire jusqu’au 18 mars. « Un fonctionnaire doit en toutes circonstances faire preuve de dignité, d’impartialité, d’intégrité et de probité », indique la missive. Une décision qu’il a du mal à digérer. « Ce n’est pas qu’une question de salaire, cette suspension pose de gros problèmes pour mes recherches. Je devais me rendre en Russie pour un programme biophotonique, tout est annulé. »

Le parcours de l’universitaire détonne parmi ses camarades de lutte. Rencontré il y a quelques semaines sur le rond-point, Stéphane Mottin nous avait confié se battre pour les générations à venir. « J’ai réussi ma vie, je suis là pour mes enfants. Certains sont tombés de la pauvreté à la misère. J’aurais jamais cru. »

Observateur du mouvement dans un premier temps, son engagement a grandi au fil des rassemblements jusqu’à passer de nombreuses nuits dans un abri de fortune. « On est entre collègues et frères d’armes. On vit des choses fortes, c’est touchant. » Pas intimidé par cette mise à pied, le chercheur dit vouloir poursuivre ce qui l’anime depuis des semaines. Et qu’importe que des collègues de travail ne lui disent déjà plus bonjour.

https://www.leprogres.fr/actualite/2018 ... engagement

_________________
« Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent. » [George Orwell]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 29 Déc 2018 19:20 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 23 Avr 2012 18:30
Messages: 3607
Localisation: Paris ou, hélas, un peu à côté
goldzilla a écrit:
Dictature douce, qui rappelle la mise à l’écart de Sapir, Onfray et autres mal pensant :
Citer:
Chercheur au CNRS, il est mis à pied pour son engagement avec les Gilets jaunes

Beaucoup le connaissent sous son surnom, « Pirate », sans peut-être même savoir que l’intéressé occupe une fonction d’universitaire dans une autre vie. Sur le rond-point de la rue Necker à Saint-Etienne, Stéphane Mottin s’affaire à la logistique et à la sécurité. Aujourd’hui, il paye un lourd tribut de son engagement auprès d’autres Gilets jaunes.

Le 17 décembre, il reçoit un courrier du CNRS qui annonce sa mise à pied à titre conservatoire jusqu’au 18 mars. « Un fonctionnaire doit en toutes circonstances faire preuve de dignité, d’impartialité, d’intégrité et de probité », indique la missive. Une décision qu’il a du mal à digérer. « Ce n’est pas qu’une question de salaire, cette suspension pose de gros problèmes pour mes recherches. Je devais me rendre en Russie pour un programme biophotonique, tout est annulé. »

Le parcours de l’universitaire détonne parmi ses camarades de lutte. Rencontré il y a quelques semaines sur le rond-point, Stéphane Mottin nous avait confié se battre pour les générations à venir. « J’ai réussi ma vie, je suis là pour mes enfants. Certains sont tombés de la pauvreté à la misère. J’aurais jamais cru. »

Observateur du mouvement dans un premier temps, son engagement a grandi au fil des rassemblements jusqu’à passer de nombreuses nuits dans un abri de fortune. « On est entre collègues et frères d’armes. On vit des choses fortes, c’est touchant. » Pas intimidé par cette mise à pied, le chercheur dit vouloir poursuivre ce qui l’anime depuis des semaines. Et qu’importe que des collègues de travail ne lui disent déjà plus bonjour.

https://www.leprogres.fr/actualite/2018 ... engagement

C'est une jurisprudence constante depuis, au moins, une soixantaine d'années.

_________________
Il importe de devenir dangereux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 30 Déc 2018 16:18 
Hors-ligne

Inscrit le: 30 Sep 2012 17:14
Messages: 551
.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 30 Déc 2018 18:03 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 12 Juin 2009 22:06
Messages: 2589
Comme Attali, ils poursuivent la feuille de route, sans référendum, et en veillant à ce que ça soit irréversible.

Cf. les démarches (un peu vaines pour l’instant) de Asselineau, pour dénoncer ces manquements graves et répétés à la Constituton...

_________________
« Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent. » [George Orwell]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 30 Déc 2018 19:12 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 06 Juil 2011 14:17
Messages: 5925
Localisation: Portugal
Angela Merkel . « Les États-Nations doivent renoncer à leur souveraineté »

Citer:
Angela Merkel: Nation States Must "give up sovereignty" to New World Order
Fri, 12/28/2018 - Submitted by Tapainfo.com

“Nation states must today be prepared to give up their sovereignty”, according to German Chancellor Angela Merkel, who told an audience in Berlin that sovereign nation states must not listen to the will of their citizens when it comes to questions of immigration, borders, or even sovereignty.

Source

Macron et le nouvel ordre mondial...


_________________
" Sur terre, il y a deux types de personnes. Ceux qui sachent et ceux qui croient sachoir. " Emile Zola


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: REVUE DE PRESSE 4
MessagePublié: 30 Déc 2018 19:24 
Hors-ligne

Inscrit le: 30 Sep 2012 17:14
Messages: 551
.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2921 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 283, 284, 285, 286, 287, 288, 289 ... 293  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Google [Bot] et 28 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats