Achat immédiat or sur Ebay

20F or se terminant sur Ebay

Bonnes affaires eBay - O.Crottaz - Le blog à Lupus - Tradosaure - Argentum Aurum - Calculatrice Or & Argent
Achat immédiat argent sur Ebay

Lots argent se terminant sur Ebay
Nous sommes actuellement le 26 Mai 2020 04:36

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Situation en Grèce
MessagePublié: 08 Avr 2020 12:35 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 05 Jan 2009 22:27
Messages: 3478
La Voix de l'Hexagone (que je ne connaissais pas avant cet article) publie une interview très intéressante sur la situation en Grèce.
Il y est question du l’épidémie de Covid-19, de l'immigration, de l'Europe...

Lien : https://voixdelhexagone.com/2020/04/05/ ... r-delorme/

En voici quelques (larges) extraits:
Citer:
« Le gouvernement grec a anticipé très tôt la crise du coronavirus » – Entretien avec Olivier Delorme

Citer:
Olivier Delorme : Après un passage à Paris, je suis revenu en Grèce le 15 mars, juste avant l’établissement de la quarantaine pour les étrangers. Cette mesure arrivait après beaucoup d’autres. La Grèce est un pays pour lequel les modèles mathématiques prédisent qu’il sera parmi les deux ou trois à s’en sortir le mieux en Europe. Le gouvernement a réagi très vite, alors que le nombre de cas était très bas. Les fermetures d’écoles, d’universités, de crèches, de commerces autres que les commerces de bouche ont été très rapidement décidées. Alors que seulement quelques centaines de cas étaient recensés, le gouvernement grec a pris des mesures importantes. Par comparaison, la France a réagi à chaque étape entre dix et quinze jours après la Grèce. La deuxième explication, c’est que les frontières ont été mises sous surveillance à partir du 16 mars car, contrairement à ce que disent les ministres français, le virus ne se moque pas des frontières. À partir de cette date, les étrangers arrivant sur le sol grec étaient placés en quarantaine pour deux semaines dans des hôtels dédiés. Quelques jours après, les Grecs revenant de l’étranger ont été soumis au même régime, notamment des ressortissants revenus de Catalogne dans un avion spécial affrété par le gouvernement. Il y avait d’ailleurs une vingtaine de contaminés dans cet avion qui ne se sont donc pas dispersés dans la nature.
Citer:
VdH : La Grèce a donc instauré, elle aussi, un confinement…
O.D. : Les fermetures de commerces sont intervenues dans la deuxième semaine de mars. Ne sont restés ouverts que les commerces alimentaires ou délivrant des repas à emporter. Les restaurants, les bars et autres lieux de convivialité (cinémas, théâtres…) ont été fermés très vite. Le confinement s’est concrétisé petit à petit à partir de mesures prises tôt. Quand je suis rentré de mon séjour en France, j’ai pris un avion Paris-Athènes, puis un avion Athènes-Kos. À Kos, tout était fermé. J’ai attendu un bateau pendant trois heures. Personne n’était dehors ! Le confinement « officiel » a été instauré pendant la troisième semaine de mars, mais en réalité toute l’activité sociale s’était déjà arrêtée avec les mesures prises dans les jours précédents. Désormais, comme en France, il est nécessaire d’imprimer une attestation pour déclarer qu’on sort se promener, faire des courses ou se rendre à la pharmacie.

Il faut ajouter que les foyers ont été identifiés efficacement. Ainsi, dans le nord de la Grèce, plusieurs habitants de la ville de Kastoria, spécialisée dans le commerce des fourrures, s’étaient rendus à un salon de la fourrure à Milan et sont à l’origine du premier foyer. Un deuxième foyer est né d’un retour de pèlerinage en Terre sainte. Une fois ces deux premiers foyers identifiés, des mesures spécifiques ont été prises sur place. Le troisième foyer, apparu dans un village de Thrace, a été l’objet d’un confinement local, avec la police et les pompiers réquisitionnés pour ravitailler les habitants.

Tout cela explique que la diffusion du virus s’est faite en Grèce beaucoup plus lentement qu’ailleurs. La courbe épidémique n’est pas exponentielle comme dans d’autres pays. Depuis plusieurs jours, le nombre de contaminations quotidiennes est en dents de scie, variant entre 25 et 100 nouveaux cas.
Citer:
VdH : Les politiques d’austérité budgétaires imposées par la fameuse Troïka (FMI-BCE-Commission européenne) seraient à l’origine d’un effondrement de la qualité des soins ces dernières années. Cette vigilance particulière des autorités nationales en période pandémique s’explique-t-elle par la fragilité du système de santé grec ?

O.D. : Il est absolument certain à mes yeux que si le gouvernement a réagi si vite et si fort, c’est qu’il avait la conscience que, sans cela, la situation deviendrait tragique en Grèce en raison de l’état du système de santé, mis à genoux au cours de la dernière décennie par les politiques d’austérité. Avant le début de la crise grecque en 2010, le système de santé était classé parmi les meilleurs du monde par l’OMS. Or, il a été sinistré par les politiques euro-allemandes, à un point que l’on ne peut imaginer en France… L’été dernier, à Athènes, le plus grand hôpital du pays n’avait plus un seul appareil de coronographie fonctionnel… Dans un hôpital du Pirée, les plafonds se sont effondrés car il n’y avait pas eu de travaux depuis dix ans. On manque aussi de matériel de base. Des patients cancéreux sont renvoyés chez eux faute de chimiothérapie disponible… L’appareil de santé se retrouve dans un état lamentable et il est donc absolument évident que le gouvernement a compris qu’il devait réagir très efficacement. De plus, la Grèce est un pays qui, comme l’Italie, enregistre une diminution de la natalité (passée de 10,6 à 8 pour 1 000 entre 2009 et 2015) et un vieillissement de sa population. Le taux de mortalité était en 2009 de 9,8 pour 1 000, il a été calculé en 2015 à 11 pour 1 000. Les Grecs ont été fragilisés par les baisses à répétition des retraites et par la hausse de l’insécurité alimentaire. La mortalité a explosé ces dernières années. Enfin, 500 000 personnes, pour un pays de 11 millions d’habitants, ont émigré pour trouver de meilleures conditions de vie ailleurs. Sont partis des gens très bien formés, dont beaucoup de médecins, anesthésistes, dentistes et autres spécialistes, vers la Suède, le Canada, les États-Unis ou l’Australie pour bénéficier de conditions de travail acceptables.
Citer:
VdH : Quel regard porte la société grecque sur la gestion de la crise sanitaire actuelle par l’Union européenne, notamment son indifférence initiale au sort de l’Italie ?
... Ensuite, il y a dans la société hellénique depuis dix ans un euroscepticisme croissant. Il existe aujourd’hui le sentiment que, comme précédemment à l’égard de la Grèce, l’Europe du Nord méprise, ignore ou ne veut pas savoir ce qui se passe en Europe du Sud. Je vais illustrer ma réponse par une anecdote… Je vis dans un village de 17 habitants sur une île de 800 habitants, pour l’instant épargnée par le virus. J’ai l’habitude de discuter avec le boulanger, qui passe au village deux fois dans la semaine. Vendredi, en parlant avec lui de l’épidémie, nous en sommes venus à évoquer l’Italie… Il m’a alors glissé : « Les Européens font avec les Italiens et les Espagnols comme avec nous il y a dix ans. Ils regardent ailleurs… De toute façon, maintenant, l’Europe, c’est fini. » J’avoue que c’est la première fois que j’entends cela en Grèce depuis dix ans. J’avais entendu beaucoup de critiques sur l’Europe, mais toujours tempérées ; jamais ce type de propos, si spontanément formulés. Même dans la classe politique, on note une espèce de découragement vis-à-vis de l’Allemagne et des Pays-Bas, y compris parmi les plus européens. Ainsi, Yanis Varoufakis a déclaré il y a quelques jours qu’il n’y avait plus rien à attendre de cette Europe que de mauvais… Et je crois que l’entretien qu’Alexis Tspiras a accordé au Monde ne s’inscrit guère dans une tonalité plus positive. Le Premier ministre conservateur Kyriákos Mitsotákis a dit dès le début de la crise que le gouvernement ne tiendrait plus compte de la règle de limitation des déficits à 3 % du PIB.
Citer:
VdH : En effet, peu avant le déclenchement de la pandémie, la question des migrants suscitait bien des interrogations en Europe. Qu’en est-il de la situation à la frontière gréco-turque désormais ?

O.D. : Nous sommes revenus à la situation d’avant-crise. Et c’est l’occasion pour moi de faire un mea culpa : je tenais Kyriákos Mitsotákis pour un pâle fantôme sans dimension politique intéressante. Or, dans les deux crises successives, il a manifesté des qualités de fermeté et d’anticipation auxquelles on n’est plus trop habitué en Europe. Nous verrons comment il gèrera la suite des événements… Quoi qu’il en soit, il a su faire face à la stratégie d’Erdogan qui visait d’abord à obtenir un soutien occidental à son opération impérialiste en Syrie, où il utilise les reliefs de Daesh – qu’il a soutenu et financé pendant des années – comme milices supplétives de l’armée turque. Or ces milices ont subi certains revers en Syrie comme en Libye. Ensuite, Erdogan espérait une aide financière de l’Union européenne. Enfin, il demandait des visas pour l’entrée des citoyens turcs dans l’espace européen. Pour parvenir à ses fins, il a organisé la montée vers la frontière grecque de milliers de migrants. Attention : ce ne sont pas des réfugiés. Les autorités grecques ont publié les résultats d’enquêtes réalisées à partir de la situation des individus parvenus à entrer sur le territoire : il n’y avait que 4,5 % de réfugiés syriens en réalité. Dans leur écrasante majorité, ce sont des individus qu’Erdogan fait venir en tant que migrants économiques en supprimant les visas d’entrée sur le territoire turc, et ce afin de s’en servir pour faire du chantage à l’Union européenne. Cela lui a déjà rapporté six milliards d’euros en 2016. Il n’a fait que réitérer son coup.
Il me faut décrire l’organisation de l’opération à la frontière grecque… Les passeurs vers les îles grecques étaient payés par l’État turc. Ce sont des bus affrétés par le gouvernement qui ont emmené ces migrants jusqu’à la frontière terrestre. Une fois dans le no man’s land, l’armée turque leur fournissait des bombes lacrymogènes à lancer sur les gardes-frontière grecs et les empêchait de repartir. Des engins de chantier sont même venus donner des coups de boutoir contre la clôture installée sur la frontière terrestre gréco-turque. Il s’agissait bien d’une agression caractérisée, qui ne s’est pas faite avec une armée régulière mais avec des migrants jetés à l’assaut de la frontière et munis de cartes sur lesquelles étaient renseignées les routes pouvant les mener vers les capitales européennes…

Tout cela a bien été monté de toutes pièces par Ankara, mais a échoué parce que le gouvernement Mitsotákis a fermé la frontière et suspendu la procédure de demandes d’asile. Ainsi, même les personnes qui parvenaient à pénétrer sur le territoire grec étaient immédiatement réexpulsées dans le no man’s land et n’étaient pas admises à faire valoir leur droit à l’asile. Maintenant que la crise s’est refroidie, le ministre chargé des migrations a déclaré que les procédures d’asile étaient rétablies. La fermeté du gouvernement grec a payé puisque Erdogan a reculé. Il y a une dizaine de jours, l’armée turque a évacué en une nuit vers l’intérieur de la Turquie tous les gens qui étaient près de la frontière terrestre.
Citer:
VdH : D’après les informations diffusées dans les médias français, la « thérapie de choc » imposée à la Grèce ces dernières années aurait commencé à produire des effets bénéfiques. Qu’est-ce qui, objectivement, va mieux dans le pays depuis la crise de 2010-2015 ?

O.D. : « La Grèce va mieux ! » : c’est une vaste rigolade ! Il n’y a guère que les journalistes français qui doivent croire à ce qu’ils publient dans leurs colonnes… Car, non, la Grèce ne va pas mieux… Elle n’a connu aucune reprise économique. Après avoir perdu 30 % de son PIB, elle n’a dû regagner que 2 %… Le chômage reste un chômage de masse et n’a baissé à la marge que parce que 500 000 Grecs, comme je l’expliquais auparavant, se sont exilés. Un tiers de la population se situe en-dessous du seuil de pauvreté et un deuxième tiers est menacé de l’atteindre. La dernière saison touristique a été très mauvaise après une année où la Grèce avait bénéficié d’un tourisme inhabituel, en raison du contexte terroriste dans d’autres pays. Mais cela n’a pas été durable. À cause de l’euro, le tourisme grec n’est plus compétitif dans le bassin méditerranéen. En outre, le pays ne produit plus rien. Son agriculture a été touchée de plein fouet par les sanctions contre la Russie, pays qui offrait un débouché majeur pour ses produits frais. La dette n’a toujours pas baissé par ailleurs. De 120 % du PIB il y a une dizaine d’années, la dette a grimpé à 180 % et elle y est toujours…

Tout a lamentablement échoué. Un scénario en « V », une forte récession suivie d’une forte reprise, avait d’abord été promis : il ne s’est pas produit. Un scénario en « U », une forte récession, suivie d’une période de stagnation puis d’une reprise, a ensuite été annoncé : il ne s’est pas produit. En réalité, la récession a été forte et la stagnation qui s’ensuit est ponctuée de faibles reprises, essentiellement techniques. Les économistes appellent cela : « le rebond du chat mort »… Ce phénomène apparaît lorsque l’on a tellement détruit de richesse il faut en récréer un peu, restocker, pour répondre à la demande ; mais celle-ci n’étant pas soutenue reste trop faible pour entretenir une croissance durable.

L'intégralité de l'article est tout aussi passionnant, je vous invite à le lire en entier.
Je sens que je vais aller souvent jeter un coup d’œil sur ce site.

Fred92

_________________
Chez nous, il n’y a pas de parti d’opposition parce que nous pensons qu’une opposition pourrait troubler les rapports affectueux qui unissent le gouvernement au peuple.

Léonid BREJNEV (humoriste involontaire)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 44 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



Vendre des bijoux ou de l'or sur oravendre.com



Pensez à Amazon pour vos achats