Le blog à Lupus - Tradosaure


Nous sommes actuellement le 14 Juil 2024 16:43

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Ressource de dédollarisation : l’or remplace la monnaie amér
MessagePublié: 24 Juin 2024 07:59 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 20 Oct 2008 09:07
Messages: 303
Localisation: Troyes
Ressource de dédollarisation : l’or remplace la monnaie américaine dans le monde
Même les banques centrales de « l’Occident collectif » veulent augmenter la part des métaux précieux dans leurs réserves



Izvestia : https://iz.ru/1715825/dmitrii-migunov/r ... vsemu-miru
Traduction : Mon navigateur

Les banques centrales des pays riches ont l'intention d'acheter de l'or ou, en tout cas, s'attendent à une augmentation de la part du métal précieux dans leurs réserves. Ce sont les résultats d’une enquête annuelle menée par le World Gold Council (WGC) auprès de responsables de diverses banques centrales du monde. Dans le même temps, les banquiers centraux ont cité l’inflation et l’instabilité géopolitique comme principales motivations pour acheter de l’or ou d’autres actifs pour constituer des réserves. Pourquoi les régulateurs sont prêts à acheter de l'or aux prix records actuels et comment cela affectera le coût des métaux précieux, ont compris les Izvestia.

Les banques centrales ont l'intention d'acheter
Le prix de l’or, qui était déjà proche des sommets historiques, a connu une forte hausse depuis le début de l’année. L'once troy de métal précieux a augmenté de plus de 300 dollars, soit 15 %, dépassant même à un moment donné la barre des 2 400 dollars. Depuis lors, il s’est stabilisé, mais reste à des niveaux extrêmement élevés par rapport aux normes historiques. Il y a peu de raisons de croire que la situation va changer dans un avenir proche.
Cela n’empêche pas les principaux acheteurs d’or – les banques centrales – de chercher à augmenter leurs réserves d’or. Fin 2022, l'augmentation nette des réserves s'élevait à un niveau record de 1 082 tonnes. En 2023, ce volume a légèrement diminué, mais était toujours proche du maximum - 1 037 tonnes. Mais les plans prévoient une augmentation significative des achats .

Selon l’enquête du WGC, 69 % des banquiers estiment qu’ils auront « modérément » ou « significativement » plus d’or dans leurs réserves d’ici cinq ans. A titre de comparaison, en 2022, ils étaient 46 % et en 2023, 62 %. En revanche, la part de ceux qui pensent que la quantité d’or stockée va diminuer est passée de 24 à 13 %. Il en va de même pour les prévisions à court terme : 81 % des personnes interrogées pensent que les réserves d’or augmenteront au cours des 12 prochains mois, un record absolu. Et pour la première fois, pas un seul répondant n’a suggéré que les banques centrales vendraient le métal précieux.

Si vous êtes responsable de votre propre institution, ici aussi les personnes interrogées ont exprimé leur confiance dans les achats nets d'or - 29% (seulement 3% croient à une diminution des réserves), ce qui est également devenu un maximum historique. En 2019, ils étaient 8 % et en 2022, 25 %.

Ruée vers l'or : le Sud ne veut pas garder ses réserves à l'Ouest
L'Inde est à l'avant-garde du changement

Mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est que l’idée d’augmenter les achats d’or vient à l’esprit des banquiers centraux non seulement des pays en développement, mais aussi des pays développés. Traditionnellement, les plus gros acheteurs de métaux précieux depuis le début du 21e siècle sont les banques centrales de Russie, de Chine, de Turquie et de pays similaires. Aujourd'hui, 13% des représentants des banques centrales des pays de « l'Occident collectif » se disent également convaincus que la part de l'or dans leurs réserves augmentera dans un avenir proche, encore une fois, le chiffre le plus élevé de l'histoire des enquêtes.

Le dollar comme arme
Quel sera le principal moteur des achats d’or et des changements dans la structure des réserves en général ? Les réponses les plus populaires incluent « les inquiétudes concernant l'inflation » (96 %), « l'instabilité géopolitique » (76 %) et « le changement de l'équilibre des forces économiques mondiales » (46 %). Tous ces indicateurs affichent une croissance significative par rapport à 2022.
Enfin, le pourcentage de banquiers centraux qui s’attendent à une dédollarisation des réserves continue de croître. 62 % des répondants estiment que le montant d’argent dont disposera leur établissement dans cinq ans sera « modérément » (49 %) ou « considérablement » (13 %) inférieur. Il y a un an, ce chiffre était de 55 % et il y a deux ans, de 42 %. Au contraire, le nombre de ceux qui pensent qu'il y aura plus d'argent sur leurs comptes a diminué de 28 à 20 % en deux ans.

Les réponses les plus intéressantes des répondants concernant la dédollarisation données dans l’étude sont les suivantes :
• « Même si le dollar américain restera une monnaie de réserve majeure en raison de son utilisation généralisée dans le commerce et la finance internationaux, son importance diminuera au fil du temps en raison de la montée en puissance de monnaies de réserve alternatives comme le renminbi, ainsi que de l'augmentation du commerce bilatéral et de l'expansion du dollar. lignes d'échange de devises entre différents pays ".
• « Le rôle du dollar est mis à l’épreuve, notamment en raison de l’utilisation de la monnaie comme arme. L’accès à vos dollars pendant la période des sanctions dépend des États-Unis.

Phase de démondialisation
Selon Lyudmila Rokotyanskaya, experte boursière de BCS World of Investments, les résultats de l'enquête et les statistiques réelles sur les achats d'or montrent clairement que le monde est entré dans une phase de démondialisation, où les pays se font moins confiance.
— Les banques centrales de certains pays diversifient leurs réserves avec de l'or. Le gel des réserves russes a joué ici un rôle important - la partie stockée en dollars et en euros a été bloquée. L'or a survécu. Tous les autres pays le constatent et veulent probablement s'assurer contre un tel gel des avoirs», commente l'expert.

Elle a ajouté qu'à la fin du premier trimestre, la demande nette des banques centrales s'élevait à 290 tonnes, ce qui constitue le début d'année le plus fort jamais enregistré. Les achats les plus importants ont été réalisés par la Chine, la Turquie, l'Inde et le Kazakhstan. L'activité de la République tchèque, d'Oman, de Singapour, du Kirghizistan, de la Pologne et du Qatar a également été remarquable.
Comme l'a noté Natalia Pyryeva, analyste chez Digital Broker, la tendance à l'augmentation de la part de l'or dans un contexte de diminution de la part du dollar américain dans les réserves d'or et de change des banques centrales remonte à de nombreuses années :
— À la fin des années 1990 et au début des années 2000, le poids du dollar américain dans les réserves des banques centrales atteignait un peu 70 %, mais il est déjà tombé à plus de 60 % dans la première décennie des années 2000.

Attention : de combien le prix de l’or a-t-il augmenté en 20 ans ?
Est-ce que cela vaut la peine d’investir dans cet actif ?
Tout d'abord, l'augmentation en termes relatifs des réserves d'or et la diminution des réserves en dollars américains peuvent être dues aux actions des banques centrales des pays en développement, dont les réserves d'or en pourcentage étaient (et sont) bien inférieures aux réserves d'or des pays en développement. banques centrales des pays développés, a déclaré Pyryeva.
L'analyste a ajouté que les réserves d'or des États-Unis (8.133 tonnes) ou de l'Allemagne (3.352 tonnes) en pourcentage atteignent respectivement 71,3% et 70,6% de leurs réserves d'or et de change, contre 28,1%, 4,6% et 8. 9% respectivement pour la Russie (2333 tonnes), la Chine (2262 tonnes) et l'Inde (822 tonnes).

— Le contexte géopolitique actuel ne peut, à tout le moins, qu’alarmer les banques centrales du monde, en particulier celles des pays dont les relations avec le monde occidental sont devenues plus compliquées. Il est évident que ces banques sont également intéressées à diversifier leurs réserves, ce qui soutient là encore l'or dans le contexte d'un nombre limité d'actifs appropriés (et liquides) aux fins de création de réserves, a indiqué l'interlocuteur.
Quant au prix de l'or, selon Lyudmila Rokotyanskaya, il n'y aura pas de croissance rapide dans un avenir proche, mais elle pourrait reprendre plus tard.
— Un bon début d’année suggère que la demande d’or de la part des banques centrales mondiales restera importante cette année. En revanche, les données d’achat sont connues du grand public avec un certain retard. Cela signifie que nous n'avons pas de date exacte pour l'entrée en poste. Que voit-on sur le graphique ? L'actif n'a pas réussi à prendre pied au-dessus de 2400 points et est entré en correction. Au cours des derniers mois, l’or a connu une croissance trop rapide et agressive, il a donc besoin d’un certain refroidissement. En outre, la tendance à la hausse pourrait se poursuivre, estime l'orateur.
Selon Pyryeva, les tensions géopolitiques et les attentes de baisse des taux d'intérêt par les banques centrales se poursuivront jusqu'à la fin de l'année, ce qui contribuera à la poursuite de la dynamique positive du prix de l'or.

_________________
"Un criminel est une personne avec des instincts prédateurs qui n'a pas suffisamment de capital pour former une corporation."
Howard Scott


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Sauter vers:  
Powered by phpBB2007 phpBB Group
Translated by phpBB.fr © 2007, 2008 phpBB.fr



.*.
*

.*.
*